AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Sweet Nightmare ! Ce forum a été ouvert le 4 mai 2011. Nous demandons un minimum de 15 lignes et vous avez 2 semaines pour finir votre présentation. Envie de nous rejoindre ? Nous n'attendons que vous !

Partagez | 
 

 La première fois que j'en rêvai... Marilyn&Kali&Swaan

Aller en bas 
AuteurMessage
Swaan K Murphy

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 05/05/2011
Age : 22

MessageSujet: La première fois que j'en rêvai... Marilyn&Kali&Swaan   Mer 29 Juin - 20:41

Après avoir longuement réfléchis, j'ai choisis ce petit hôtel pas cher, le « First Night ». La réceptionniste m'a attribué la chambre 7 après que je lui ai confié mes papiers d'identité et qu'elle les ai vérifiés. Je trouve ça fou le manque de confiance de l'humanité, même dans un hôtel aussi peu équipé que celui-ci...en même temps, il y a de quoi et je suis une des première à le savoir avec ce qui est arrivé à mes deux meilleurs amis.

Je monte donc les quelques marches qui me séparent du couloir principal qui donne l'impression d'être le seul de l'établissement. Le papier peint posé sur les mur est hideux ! Je croise une demoiselle, mais n'y fait pas vraiment attention, trop occupée à ouvrir la porte de la chambre numéro 7 pour vérifier que la décoration est plus agréable, qu'elle ne soit pas en jaunes par exemple. La porte cède enfin et je peux entrevoir les murs de la pièce qui sont... oranges ! Mon Dieu, comment est-ce possible ? Je décide de ne pas m'y attarder préférant déballer mon sac ne contenant que le stricte nécessaire, c'est-à dire aucun vêtement de rechange (si ce n'est une petite culotte rouge à pois noirs), mais bien une brosse à cheveux, un pyjama, en gel douche qui me servira également de shampoing, un essuie, du démaquillant... Ça vérifiait donc la thèse que je m'étais fixée : je n'avais jamais été douée pour faire mes bagages ! Je range tout de même ceux-ci dans le tiroir du seul meuble présent dans la pièce, une petite commode en bois.

Je rassemble mon matériel de douche ainsi que mon pyjama et me dirige vers le bout du couloir, où je croise, une fois de plus une jeune femme, je ne saurais dire si c'était la même que tantôt... Peut-être l'établissement est-il plus grand que ce qu'il laisse paraître ? J'ouvre la porte que la réceptionniste m'avait indiqué comme celle des douches communes. Heureusement, je ne me suis pas trompée ! Je m'y lave, ensuite j'enfile mon pyjama qui n'est en fait qu'un vieux short et un T-shirt souvenir d'une nuit passé avec un de mais nombreux petits amis de LA, mais je ne saurais dire lequel. Une fois mes cheveux séchés, je retourne dans ma chambre dans laquelle je vais enfin pouvoir dormir. Du moins, c'est ce que j'espère...

Je m'allonge dans le lit pour me rendre compte que du marbre serait plus agréable. La couleur que reflète la chambre m'éblouit et les cris du nourrisson de la chambre voisine sont loin de ressembler à une berceuse.

Cependant, je suis très fatiguée et fini par plonger dans le sommeil. Bizarrement, je ne ressens pas la même sensation des autres nuits pendant lesquelles je rêve que je fais la fête avec des copains, je ne cauchemarde pas non plus sur l'époque où, chaque soir, Bill portait des coups à ma mère. J’atterris plutôt sur une terre étrangère et quasiment déserte si je n'y apercevais pas une jeune femme qui semble abandonnée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: La première fois que j'en rêvai... Marilyn&Kali&Swaan   Jeu 30 Juin - 12:28

    Ce soir, l'un des plus gros orages des environs à éclaté au dessus de ma tête. Je venais de rencontrer l'homme de mes rêves, ce grand brun aux yeux noisettes... mais il m'a dirigée vers cet hôtel sous les quelques premiers coups de tonnerre et s'est lui-même dirigé vers Canton, coupant court à une conversation qui méritais plus d'attention. Dans ces conditions, vous comprendrez l'air abattu que j'affichais en poussant les portes du seul hôtel qui avait eu la grâce d'apparaître sur l'île. En sortant de la voiture, je n'avais pas pris la peine d'emmener mes bagages car je trouvais qu'ils attendraient bien le lendemain. J'étais éreintée, fatiguée, et à la fois je voulais ne pas fermer l'oeil de la nuit, de peur d'oublier les traits de son visage. Ca y est, je divague encore, je me fais de cet homme une obsession ! Je ne dois pas m'en faire une obsession, je ne dois pas ... Je me rend compte que oui, je parle seule et que oui, aussi, je me ferais bientôt passer pour une folle par les gens qui sont susceptibles de me rencontrer ce soir !

    Le moindre de mes pas, aussi petit qu'il soit, me rapproche de la réception de "La première nuit". J'aimerais retourner en arrière, rentrer dans la voiture que j'ai louée, faire la route en marche arrière et retrouver cet homme qui m'a permis de discerner la beauté du tonnerre ! Pourquoi tant d'appréhension face au fait de passer seule cette première nuit à Canton ? Je n'ai pourtant jamais été ce genre de filles qui fait tout pour remplir sont lit, c'est étrange, très étrange... Mais encore une fois, je passe par dessus mes drôles d'impressions et fini par louer la chambre 8, un numéro qui devrait me porter un peu de bonheur, vu qu'il est juste après le chiffre 7, chiffre du malheur. D'ailleurs, la chambre 7 est déjà louée... ce sera un peu comme si je n'étais pas seule, il suffirait que mon voisin soit un bon camionneur avec une cage thoracique capable d'émettre un bon ronflement pour que je l'entende de l'autre côté de la cloison ! La dame de la réception ne m'accorde aucune importance, comme si un client de plus ou de moins ne changeait pas grand chose à ses comptes. pourtant, j'espère qu'elle investira ce que je viens de dépenser pour la chambre dans un nouveau papier-peint, car je ne suis pas vraiment impressionnée par la fraîcheur des lieux.

    Ces quelques pas qui me mènent vers ma chambre sont de trop, j'ai eu raison de laisser ma valise dans le coffre de la Honda. Je n'aurais même pas su la tirer jusque la porte où pendait le numéro huit ! La couleur du papier-peint freine quelque peu mon entrée théâtrale, mais mes paupières sont trop fatiguées et tombent de plus en plus régulièrement sur mes iris bleues. C'est dans un fauteuil, devant la fenêtre, que je finis par me pelotonner, j'ai de nombreuses heures de sommeil à rattraper. Je vois encore quelques éclairs, entend encore quelques coups de tonnerre, puis c'est le calme plat. J'ai l'impression d'avoir atterris ailleurs, dans un autre monde... le monde des rêves, eut-être ? Mais comment alors expliquer l'herbe humide qui effleure mes joues et comment expliquer que la sensation de fatigue ait instantanément disparu ? J'ouvre un oeil et constate que je ne suis même plus dans mon corps de femme. Je n'ai pas peur, ce n'est qu'un rêve, un mauvais rêve... Mes paupières se referment sur mes iris endoloris, je vais passer une bonne nuit. Pourtant quelques secondes plus tard, un bruit se fait entendre dans le noir : Qu'est-ce que ... Des ombres bougent au loin, je n'ai plus le choix, il faut que je me lève. il me semble qu'il s'agit de deux femmes, mais je 'nen suis pas sûre. Sont-elles ensemble ?

_________________

"What your glass tells you, will not be told by counsel",
Pr. Marilyn underwood

Code:
#5D732D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La première fois que j'en rêvai... Marilyn&Kali&Swaan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Nightmare :: HYPNOS : SOMEHOW IN YOUR MIND :: Countryside-
Sauter vers: