AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Sweet Nightmare ! Ce forum a été ouvert le 4 mai 2011. Nous demandons un minimum de 15 lignes et vous avez 2 semaines pour finir votre présentation. Envie de nous rejoindre ? Nous n'attendons que vous !

Partagez | 
 

 Rencontrons-nous en bonne santé à l'hôtital. Ethan et Marilyn.

Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan T Williams-S

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 14/06/2011

MessageSujet: Rencontrons-nous en bonne santé à l'hôtital. Ethan et Marilyn.   Mar 9 Aoû - 7:31

    Aucune des personne qui pratique la médecine ne vous dira un jour que sa journée s'est passée comme d'habitude. En effet, aucunes de nos journées ne sont sembles. C'est ça, l'habitude. J'avais donc passé une matinée mouvementée par l'arrivée d'un patient qui allait subir une greffe des poumon ainsi que celle d'une jeune femme battue par son mari. J'avais également examiné une gamine dont la gastro se prolongeait depuis plus de deux semaines... ce n'était pas une gastro. Un homme et son fils avaient été admis à l'hôpital suite à un accident de voiture et une dame âgée avait été retrouvée en mauvais état dans sa petite maison par sa fille. Quand à moi, j'étais passé de chambre en chambre et d'étage en étage pour constituer un dossier sur chacune de ces personnes.

    A treize heures, j'avais pris ma pause que j'avais tant mérité ! Il faut savoir qu'à l'hôpital, des pièces sont prévues pour que le personnel puisse manger et faire un break. Mais les quelques personnes avec qui j'avais fait connaissance depuis mon arrivée à l'hôpital de Caton en tant qu'externe et moi même préférions manger à l'extérieur histoire de respirer une air pure. Car oui, les patients de passage ne cessent de se plaindre le l'odeur des bâtiments médicaux mais les gens du métiers, eux, sont obligés de la respirer, cette air contaminée par le désinfectant.
    En ce jour, j'étais allé m’asseoir sur un banc du parc. A cette heure, aucun malade dans les allées fleurie, juste quelques habitants des constructions environnantes dépourvues de jardins. J'y avais dégusté des pâtes achetées le matin même au coin de ma rue et réchauffées quelques minutes plus tôt dans un des micro-onde d'une des pièce décrite au paravent.

    A présent mon repas terminé, je regarde ma montre pour me rendre compte que mon service reprend dans sept petites minutes. Je n'ai donc pas le temps de me promener aux alentours de l'hôpital. J'arrive à son entrée et entends le bruit d'une petite moto. Je me retourne alors juste à temps pour voir la vespa se garer. Une jeune femme en descend mais je n'y prête pas plus attention que ça. Le travail m'attend !

    Je me glisse derrière le comptoir d'accueil de Josephine, une secrétaire qui est arrivée vingt ans plus tôt de France. Dès mon premier jour de travail, je me suis très bien entendu avec elle. Depuis, c'est à son porte manteau que j'accroche ma blouse blanche. Je lui fais un signe de la main mais la laisse travailler à son ordinateur.

    Une fois prêt à retourner quelques étages plus tôt, Josephine m'appelle. C'est la demoiselle de la vespa qui est à son comptoir. Je m'approche d'elle et pose mon coude sur son épaule. Elle m'explique que miss Underwood est journaliste et que Hodge, mon chef de service, lui a accordé un interview. Elle me demande d'accompagner la jeune femme à son bureau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: Rencontrons-nous en bonne santé à l'hôtital. Ethan et Marilyn.   Mer 10 Aoû - 11:56

    Je n'ai pas de temps à perdre dans ma vie, chaque minute m'est comptée et je le sais pertinemment. Pourtant, bien d'autres personnes ont encore moins d'heures et de minutes que moi à remplir de petits bonheurs et d'infortunes. Je pense essentiellement à ces personnes qui vivent en l'attente de l'organe d'une autre personne... Ces gens-là ne doivent pas savoir qu'espérer, ils rêvent sans doute de pouvoir prolonger leur espérance de vie avec cet organe qu'une autre personne aura laissé intact, mais dans le fond, espèrent-ils vraiment rallonger leur vie, ou plutôt emplir les jours, les semaines et les années qu'il leur reste de joies intenses et de souvenirs d'enfance ? On ne peut pas se permettre de penser et de s'exprimer à leur place et c'est pour cela que ce sujet d'article m'a énormément plu, au journal. D'habitude, je ne travaille qu'en free-lance, c'est à dire que je choisis les sujets d'articles qui m'intéressent et je remets mon travail à n'importe quel journal pour une modique somme. Pourtant ces derniers temps, j'ai commencé à bouleverser toutes mes foutues habitudes... Parfois, j'ai du mal à reconnaitre le champ de bataille qu'était ma vie avant Canton, car aujourd'hui, je suis une personne bien plus équilibrée, si l'on peut dire ça ainsi au vu des circonstances !

    Il fallait, pour cet article, que je rencontre des médecins qui ont l'opportunité de côtoyer ces personnes en l'attente d'une donation importante. Avant de m'avancer plus vers l'hôpital de Canton, j'avais par ailleurs décidé de m'informer d'avantage sur le sujet... histoire de ne pas passer pour une journaliste dingue dans les couloirs de la clinique ! J'avais donc écumé les pages sur le net et les feuilles des revues spécialisées, ce qui m'avait permis de pondre une introduction à mon article qui devrait me faire monter d'un grade auprès du journal. Il me restait à rencontrer l'éminent chirurgien de la clinique de Canton, j'avais d'ailleurs pris rendez-vous pour ce matin car mon cours de littérature anglaise avait été annulé en quasi dernière minute.

    Je garais ma vespa sur le parking jouxtant l'hôpital car d'une part je voulais laisser les places les plus proches aux personnes qui avaient besoin de se rendre à l'hôpital pour recevoir des soins, et d'autre part je ne voulais pas non plus être trop loin de l'entrée. Le parc semblait en l'occurrence vierge de toute activité, mais en y regardant de plus près, je pus apercevoir quelques personnes qui profitaient du beau temps sur un banc de pierre. Je soulevais le siège de ma flamboyante deux roues pour m'emparer de mon sac où je cachais toujours un enregistreur. Cet appareil m'était indispensable pour chacune de mes interview, car je tenais à reproduire les propos et les idées exactes de mes sources. Un jeune homme poussa les portes de l'hôpital en même temps que j'arrivais sur le seuil, il me les tint un bref instant, juste le temps que je m'introduise dans le hall d'un blanc immaculé. L'odeur de la clinique envahit mes narines, mais détrompez-vous, je n'en fus pas le moins du monde dérangée : je devais m'y être habituée ? Une dame au visage enfantin s'occupait du poste d'accueil. C'est à elle que je décidai de demander mon chemin jusqu'au médecin en chef... Bonjour, je souhaiterais que vous m'indiquiez le bureau du médecin en chef. J'ai pris rendez vous avec lui pour une interview au sujet des greffes et dons d'organes.

    Elle me répondit avec une voix des plus accueillantes que le jeune homme qu'elle allait appeler me conduirait sans soucis jusqu'à lui. D'ailleurs, elle attrapa le bras de l'homme qui enfilait sa blouse blanche juste derrière elle... C'était lui qui m'avait tenu les portes quelques minutes auparavant. Une grande complicité semblait les lier l'un à l'autre, sans que e l'amour ne soit mis en cause. Et lui serrant respectueusement la main, je lui dit ces quelques mots de présentation... Bonjour, je me présente, Marylin Underwood, journaliste en free-lance pour le journal l'Intransigeant.


_________________

"What your glass tells you, will not be told by counsel",
Pr. Marilyn underwood

Code:
#5D732D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan T Williams-S

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 14/06/2011

MessageSujet: Re: Rencontrons-nous en bonne santé à l'hôtital. Ethan et Marilyn.   Jeu 11 Aoû - 20:28

La jeune femme qui vient de se présenter comme Marilyn Underwood est donc journaliste pour l'Intransigeant, le petit journal local de Caton. Joséphine me demande de l'accompagner jusqu'au bureau de Hodge, le chirurgien pour le quel je travail. Je n'ai rien à dire sur mon supérieur. Quand je prends mon service il me donne ses instructions, nous nous croisons de temps en temps durant la matinée soit dans les chambres de patients malades, soit dans les couloirs durant ces courts entre vues il nous arrive d'échanger quelques mots mais il ne lui est jamais arrivé de me reprocher quoi que ce soit; il est toujours resté juste à mon égard. Nos pauses sont décalées, nous ne nous parlons donc pas non plus. L'après midi se passe comme le matin. Une fois ma journée terminée, je repasse dans son bureau pour un petit briefing; voilà les rapports que j'entretiens avec le docteur Hodge.

Je m'approche de la demoiselle que je suis chargée d'accompagner au bureau. Je me présente à mon tour comme Tobin Smith, mon pseudonyme à Caton. *Enchanté, je suis Tobin Smith, externe à l'hôpital St James depuis quelques mois.* Je me pose mentalement des questions sur l'article qu'elle compte écrire. Le docteur est en fait chirurgien; il est spécialisé dans les dons d'organes. Il est d'ailleurs reconnu dans le métier... Les personnes qui sont sous ses ordres (moi y compris) sont fiers de travailler pour lui! Je sais que pour trouver les réponses à mes questions au sujet de son papier il me faudra les lui poser. C'est pour ça que je décide de ne pas perdre de temps fondu dans le silence. Ce temps qui pourrait d'ailleurs même nous être précieux car figurez-vous que la journaliste est plutôt jolie dans son genre! Des suite on me prend pour un homme qui ne pense qu'à ça... Mais pas du tout! Je soulève seulement le fait que la jeune femme a de magnifiques cheveux châtains bouclés, que ses yeux marrons malicieux sont intéressant et que ses formes n'ont rien à envier à Julia Roberts, que je trouve au passage plutôt pas mal elle non plus!
*Et sur quoi portera votre article?* Elle me jette un regard gêné. *Si ce n'est indiscret bien sur!* Elle semble se ressaisir alors qu'on arrive aux ascenseurs. Je pousse sur le bouton pour l'appeler. Le cadran qui se trouve au-dessus de celui que nous attendons indique qu'il se trouve deux étages plus hauts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: Rencontrons-nous en bonne santé à l'hôtital. Ethan et Marilyn.   Jeu 11 Aoû - 21:24

    Le cadran de l'ascenseur ne me sauve pas la mise, car il indique que sa charge est deux étages sous terre. J'espérais que les questions s'arrêteraient là, je n'avais d'ailleurs pas imaginé que ce jeune homme m'en poserait... endossant mon rôle de journaliste de plus en plus souvent, j'éprouve une drôle de sensation à être moi-même questionnée. Les aiguilles numériques se meuvent, dans le cadran au dessus de l'ascenseur, mais les portes tardent à s'ouvrir. Il faudrait d'ailleurs que j'arrête d'associer l'ouverture d'une quelconque porte à une fuite, car à Canton, je ne souhaite pas reproduire le même schéma qu'ailleurs ! Je ne fuirais pas, je ne fuirais plus. Et puis qu'est-ce que le fait de répondre à la question d'un externe de l'hôpital St-James de Canton à avoir avec le fait de fuir ou de se sentir traquée ? Ne faites désormais plus attention à mes états d'âmes, je suis cinglée. Mon article porte sur les dons d'organe et tout ce qui s'y rapporte. Ce sujet ne m'a au départ pas tellement touché, mais mes récentes recherches m'en ont donné une vision plus... professionnelle, si je peux oser parler de professionnalisme devant vous qui y êtes bien plus confronté que moi. Je me maudis pour ces paroles qui me firent l'effet d'être hautaines. Les prendrait-il comme elles venaient de sonner à mon oreille, c'est à dire mal ?

    Le tintement si caractéristique des ascenseurs de film, celui que j'attendais par dessus tout, tout en sachant qu'il n'existait que dans les films, ne se fit pas entendre. Non, on n'était pas dans un film et ma tête, reflétée par les parois lisses de l'ascenseur me le rendit bien... Ce matin, excitée par la perspective d'une entrevue avec le plus grand médecin de l'archipel et mise en retard par un rangement express de notre habitation, je ne m'étais pas impartie la même temporalité de préparation. Et quelle erreur, me dis-je maintenant que je suis coincée dans un ascenseur et par dessus tout les yeux rivés sur mon infâme double, alors qu'un bel infirmier me sert de laisser passer... Laisser passer vers mon interview et vers mon article auxquels je ne pense plus qu'à moitié tellement je me sens rongée par le brasier de son regard. Je ne dois pas me laisser emporter et pour cela, je pense à tous ces hommes qui m'ont tourné le dos et à mon tour, je trouve qu'il est temps de tourner le dos aux aventures. Je n'ai plus quinze ans, ni même vingt, par la même occasion !

    Il faut que les portes s'ouvrent, que je sorte de cet endroit exigu et que mon laisser passer pour le septième étage me quitte enfin... devant les portes du bureau du médecin en chef. Oui, Ethan doit s'en aller loin de moi - je me rends compte que je biens juste de commencer à l'appeler par son prénom - sous peine de devenir trop intime. Mais que dis-je, que fais-je ? Je délire. Dites, votre médecin en chef, il est impressionnant ? dis-je avec les joues rosissantes. Parce que, c'est pas que je sois impressionnable, mais quand même, pour une première interview dans les parages...

_________________

"What your glass tells you, will not be told by counsel",
Pr. Marilyn underwood

Code:
#5D732D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan T Williams-S

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 14/06/2011

MessageSujet: Re: Rencontrons-nous en bonne santé à l'hôtital. Ethan et Marilyn.   Ven 12 Aoû - 13:24

    La journaliste a fini par répondre à ma question après un long temps d'hésitation. Je ne comprends d'ailleurs toujours pas pourquoi il lui avait fallu une telle réflexion. Soit elle acceptait de me parler de son article, comme elle avait fini par le faire en m'avouant qu'il portait sur les dons d'organes, soit elle refusait de me dévoiler son sujet et je l'aurais appris quelques jours plus tard lors de ma lecture quotidienne de l'Intransigeant.

    Nous avions pris l'ascenseur en silence. C'est moi-même qui avais poussé sur le bouton du troisième étage; celui où se trouvait le bureau de mon supérieur ainsi que Hodge en personne qui devait se réjouir, tel que je le connaissais, de parler de son métier qui semble, de manière irréaliste, le passionner profondément. D'après moi, il devait être fier de transmettre son savoir et d'expliquer à la population de Caton l'importance du don d'organes. Peut-être même que grâce à cet article que la jeune femme allait écrire, des personnes feront en sorte, tout comme moi, que s'il leur arrivait quelque chose, leur organes servent à sauver la vie d'autrui!

    La journaliste en question reprend la parole pour me demander d'un air timide *Dites, votre médecin en chef, il est impressionnant ? Parce que, c'est pas que je sois impressionnable, mais quand même, pour une première interview dans les parages.*

    J'hésite entre lui dire la vérité: c'est un plaisir de travailler pour Hodge ou lui faire une farce juste pour voir la grimace qu'elle ferait. Je choisis la carte de la sincérité...

    *Ne vous inquiétez pas, Hodge est vraiment très sympathique et fera tout pour vous mettre à l'aise car le don d'organe est vraiment une passion pour lui! C'est très agréable de travailler à ses côtés.*

    La jeune femme semble rassurée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontrons-nous en bonne santé à l'hôtital. Ethan et Marilyn.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontrons-nous en bonne santé à l'hôtital. Ethan et Marilyn.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonne Fête François Dagesse
» Avec du retard ... Bonne fête Martin Letarte
» Bonne fête Sandrine!
» Comment faire une bonne vidéo !
» bonne annee a tous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Nightmare :: CATON : CITY THAT NEVER SLEEPS :: University, school, offices :: St James' hospital-
Sauter vers: