AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Sweet Nightmare ! Ce forum a été ouvert le 4 mai 2011. Nous demandons un minimum de 15 lignes et vous avez 2 semaines pour finir votre présentation. Envie de nous rejoindre ? Nous n'attendons que vous !

Partagez | 
 

 At world's end

Aller en bas 
AuteurMessage
Hektor x. Anderson
||Never recreate from your memory. Always imagine new places!
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 04/03/2010
Age : 26
Localisation : Los Angeles

Me, myself and I
age du perso: 32 ans
Multinicks: Kali C. Chambers
crédit avatar: ©Dirtyrich ♥&Barda&Marlow

MessageSujet: At world's end   Mer 11 Mai - 19:49

At world's end


Je ne sais toujours pas ce qui pourrait arriver si je meurs là-bas. Je me demande comment on expliquerait ma mort, je me demande si certains sauraient que la seule cause, c'est cette malédiction ridicule. La seule solution serait de sortir ce Dieu de son tombeau, de le tuer purement et simplement. Mais... Imaginez qu'il soit immortel, imaginez que personne ne puisse le retrouver là où Zeus l'a envoyé... Je ne savais rien de ces questions, je ne me les posaient même pas, pourtant au fond de moi, je les connaissaient, je savais qu'elles existaient. La vraie vie avait une couleur sans égale, je savais où j'étais, mais j'avais toujours des relents de cet endroit où rien n'était pareil.

J'étais là, assis aux frontières de mon monde. Là où j'avais libérées les cendres de mon frère. Celui qui avait été assez lâche pour m'abandonner. J'aurais tant voulu qu'il soit là à mes côtés aujourd'hui... C'était notre anniversaire aujourd'hui. Pas celui de notre naissance, mais celui de notre rencontre avec Mylanne, notre meilleure amie. On fêtait toujours cette date. Aujourd'hui, j'étais seul et je me demandais si quelque part dans cette île, Myl' pensait à moi, à nous, à lui surtout. Lui avait-elle pardonné son erreur ? Moi, je ne l'avais toujours pas fait... Il m'avait abandonné tout seul face à l'univers, comment pourrais-je pardonner ? Surtout que la raison était ridicule. Il pouvait avoir toutes les filles qu'il voulait, mais il avait choisi celle qui jouait avec sa vie sur Hypnos. Ce souvenir là, jamais je ne l'oublierais, il était aussi clair que si ce geste avait été dans la vraie vie. Et cette fille vivait alors que Gab' était mort pour de bon... Je posais la main sur mon cœur, les yeux perdus dans l'océan. Joyeux amiversaire... Ou que vous soyez tous les deux.

Je rentrais mes mains dans mes poches. Il y avait beaucoup de vent sur la pointe d'Orona. Personne ne venait ou presque dans ce coin reculé de l'archipel. Pourtant, ça avait toujours été leur endroit préféré. Ils étaient toujours à la limite du danger, marchant en équilibre sur le rebord de pierre. Le vent soufflait par vague et aucun de nous n'avait jamais imaginé tomber. Non. Nous étions trois, rien ne pouvait nous séparer, nous étions immortels...


_________________

Si tu veux pas avoir l’air stupide :
faut pas tomber amoureux !




Dernière édition par Hektor x. Anderson le Jeu 26 Mai - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-nightmare.forumactif.com
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: At world's end   Lun 16 Mai - 20:30

    +1 Oh mon baby je prend ce RPG

    « Il y a une théorie qui dit que si un jour on découvre à quoi sert l'univers et pourquoi il est là, il disparaîtra immédiatement pour être remplacé par quelque chose d'encore plus bizarre et inexplicable. Une autre théorie dit que cela s'est déjà passé. »

    Si demain était la fin de ce monde, je ne sais même pas où je préfèrerais passer mes derniers instants sur la terre ferme. C'est tout à l'heure que cette pensée pour le moins gênante m'est venue à l'esprit. Je lisais l'un de ces romans populaires berçant mes pensées désillusionnées. Et ce, comme à mon habitude, en entonnant des paroles de chansons célèbres. C'est à ce moment qu'un paragraphe tout entier me plongea dans un silence qui semblait aussi abstrait que le sens de la citation en question. Je qualifiais mon silence d'abstrait, car mon être tout entier luttait fermement contre ces mots menaçants. Mon corps criait de douleur dans le langage qui était le sien, du frissonnement significatif de la peur à la dilatation des pupilles caractéristique du plus pur des effrois.

    Il y eut ensuite un moment de noire et profonde solitude. Je me remémorai une foule de souvenirs qui étaient restés jusque là refoulés au plus profond de mon être. Combien de temps dura au juste ma part de chagrin, et celle de bonheur, dura-t-elle au moins plus longtemps ? Il paraît que c'est lorsque l'on s'apprête à refermer définitivement la porte qui ouvre sur notre existence que se fait le bilan de notre vie. Je pense pouvoir dire que le mien se conclut bien avant l'heure fatidique. Le plus encourageant dans tout cela, c'est que j'ai posé des questions et que l'on m'a envoyé des réponses. J'avais désormais clairement défini l'endroit où je voulais passer mes derniers instants sur la terre ferme. C'est l'un de ces endroits où la beauté de la civilisation effacée se joint à la violence de la nature pour créer la perfection.

    « De temps en temps, il faut savoir se montrer courageux et sauter du haut de la falaise ».

    Si jamais demain était la fin du monde, je regretterais amèrement de ne pas avoir pris les clefs de ma vieille honda aux premières secousses. J'ai donc pris ma parka et mon trousseau. C'est le toussotement de mon moteur essoufflé qui m'a fait reprendre prise avec la réalité et à contre-cœur. J'ai sorti une coupure hors d'une liasse toute fripée et ai payé mon plein d'essence, c'était de la 98, avec un additif de plomb. Je me souviens être rentrée en trombe dans la carcasse rassurante de mon automobile. Dehors, le vent soufflait d'une belle force. Il avait laissé quelques feuilles mortes sur le siège passager, un signe de son invulnérabilité...

    Il y a beaucoup de théories, en fin de compte. Mais j'ai tout de même pris la nationale quatre cent onze en direction de la côte. C'était histoire de vérifier que notre bon vieux monde tiendrait encore quelques millénaires de plus. Je m'apprêtais à sortir de mon véhicule sous la pluie battant à verses, emballée dans ma parka jaune, quand je le vis. Il était bien trop près des pics menaçants de la falaise pour tenir un temps soit peu à la vie, surtout par un temps pareil. Je fis quelques appels de phares pour qu'il se retourne, mais la pluie faisant, je ne distinguais qu'une brève silhouette. C'est parce que je sais que les évènements arrivent toujours au moment où ils doivent arriver que je me suis décidée à sortir de la voiture. Si je ne devais pas quitter ce monde aujourd'hui, c'est que cette tempête n'était pas là pour happer la flammèche qui me met en mouvement.

    Dieu en personne doit vous avoir annoncé une vie particulièrement longue, pour que vous osiez vous promener par ce temps si près des falaises.

    Si tu assistes à la fin de cet homme, crois-tu vraiment que tu auras trouvé l'endroit où il te faut aussi assister à la fin de ce monde ? Oh Marilyn, ne soit pas si naïve. Je ne crois plu aux choses simples comme auparavant. C'est sans doute parce que j'ai traversé des épreuves qui m'ont mûrie, aussi bien intérieurement qu'extérieurement. Je ne verrais peut-être pas ce que le destin à réservé à cet homme, car s'il avait cru voir venir sa fin, il s'était trompé. Mais en moi, je savais qu'il n'avais pas vu venir son propre dernier jour. C'était à un évènement tout à fait nouveau qu'il assistait, et c'était totalement nouveau pour elle aussi.

    Vous avez peut-être une sorte de vengeance à accomplir, mais croyez-moi, si on ne vous a pas fais signe, c'est que l'on n'a pas besoin de vous dans l'autre monde.



Dernière édition par Pr. Marilyn Underwood le Dim 22 Mai - 17:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hektor x. Anderson
||Never recreate from your memory. Always imagine new places!
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 04/03/2010
Age : 26
Localisation : Los Angeles

Me, myself and I
age du perso: 32 ans
Multinicks: Kali C. Chambers
crédit avatar: ©Dirtyrich ♥&Barda&Marlow

MessageSujet: Re: At world's end   Ven 20 Mai - 11:32

Voilà une autre bonne chose de faite. Cet anniversaire était ridicule. pourquoi diable m'attachais-je à des choses aussi futile , Le passé est le passé. On ne peut ni le changer, ni y retourner... On peut juste s'en souvenir et c'est bien trop douloureux... Je fermais les yeux et marchais en équilibre sur le rebord. Je connaissais ce coin par coeur, jamais je n'imaginais que je pourrais tomber. C'était presque impossible, malgré le vent. J'avais presque appris à marcher sur cette corniche dangereuse. Je soupirais et ouvrais les yeux pour regarder le large. cet Archipel c'était toute ma vie. j'avais déjà pensé à partir, mais quelque chose m'en empêchait. j'avais l'impression que si je m'en allais, rien ne serait plus pareil, je perdrais une part de moi-même. Et puis j'avais grandi ici, cet île maudite avait pris mon frère mais je ne pouvais rien y faire... cet endroit, je l'avais dans la peau !

Le vent me sifflait dans les oreille. j'adorais ça. Le ciel était dégagé pourtant, on sentait comme une lourdeur dans l'air et je présageais déjà que l'horizon se voilerait bientôt de gros nuages noirs porteurs d'orage. Je souris puis sursautais brusquement. Une voix féminine venait de perturber le silence relatif du roulement des vagues contre les rochers. Je me retournais, tournant le dos au précipice. A moins que je ne sois moi-même un Dieu et dans ce cas, je n'ai rien à craindre. Je détaillais un peu plus la jeune femme du regard. Elle était élancée, une silhouette parfaite comme aurait dit Gabriel. Indéniablement, elle était belle, mais son regard portait bien trop de secrets pour le rendre véritable vivant.

Je m'éloignais du rebord pour la rejoindre. Une vengeance ? Voilà une bien drôle d'idée pour une jeune femme telle que vous ? Et puis je crois qu'il y a suffisamment de personne qui partent injustement pour ajouter mon âme de façon volontaire au compte. Je lui tendis la main; Salut ! je m'appelle Hektor. je lui fis un clin d’œil et ramassais mon sac à bandoulière posée un peu plus loin. Il contenait un carnet avec des croquis mais ça, personne ne le savait. J'inspirais un grand coup puis me tournais vers elle. Sa présence ici me semblait étrange. je connaissais presque toutes les têtes des habitués d'Orona; il fallait vraiment le vouloir pour venir à l'extrémité de l'Archipel. Alors ? Vous faites du tourisme ? Cette voiture ne colle pas vraiment à votre style... Steve's car to let ? Vous avez du vous faire arnaquer si c'est le cas... Sans vouloir être indiscret bien sûr ! Je lui lançais un sourire ravageur et jetais un regard par dessus mon épaule à l'océan agité. Des masses sombres pointaient à l'horizon.

_________________

Si tu veux pas avoir l’air stupide :
faut pas tomber amoureux !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-nightmare.forumactif.com
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: At world's end   Sam 21 Mai - 18:24

    Alors que pendant les quelques premières minutes passées aux côtés de cet homme avaient été une série de longues secondes empreintes de peur, celles qui suivirent furent empreintes de réconfort. Non, il n'avait pas l'intention de sauter du haut de ces falaises escarpées et oui, il connaissait la moindre cicatrice de ce gros roc esseulé. Il me laissa à penser par ses gestes habiles que même le vent soufflant ne pourrait le déloger de cette dangereuse crête.

    Il faut croire que je fus plus forte que le vent et que les éléments. Non, je ne rêvais pas lorsque j'eus l'impression que soudain la nature s'apaisa, ne laissant derrière elle aucune victime humaine. Il y avait bien cet arbre qui avait ployé tant et si bien qu'il en avait perdu quelques rameaux de son feuillage, mais c'était tout. Et comme si le monde vivait maintenant d'un nouveau souffle, je portais ma curiosité à la moindre parcelle de vie. C'est lui qui me ramena à la réalité.

    Il avait la voix à la fois douce et grave, ce qui lui donnait cet air si léger et paradoxalement si accompli. Ces quelques premiers mots qu'il me dit et que je pus bien distinguer, cette fois, donnèrent une note de tristesse à son visage pourtant angélique. Angélique... comment et pourquoi qualifier ce visage d'angélique ? Il me semblait ne l'avoir jamais vu auparavant et pourtant l'adjectif semblait m'avoir été imposé par une force quelconque. Les phrases que ses lèvres modulèrent ensuite furent pour me demander ce que je faisais dans la région. J'appris à mettre un nom sur ce visage : Hektor, et je lui permettais de mettre à son tour un nom sur mon visage.

    Je m'appelle Marilyn, quant à justifier ma présence en ces lieux, je ne le pourrais pas. Cela va vous paraître étrange, ou plutôt "te paraître étrange", si tu le permet, mais je ne sais absolument pas ce que je fais à Caton.

    C'était la réalité ! J'avais atterri dans le petit aéroport de Caton quelques heures plus tôt, j'avais une correspondance à prendre pour une autre ville où se tenait un séminaire auquel je devais assister pour les cours. Seulement vous savez tout comme moi que les trajets aériens provoquent chez certaines personnes des maux que l'air purifié du dehors guérit en un temps trois mouvements. C'est de ce genre de maux que j'ai souffert l'espace d'un instant et c'est la raison pour laquelle j'ai eu besoin d'air frais. Mais l'air de Caton n'est, comme qui dirait, pas fort sain. C'est un éther si pur qu'une fois qu'il vous envahit, vous ne pouvez plus respirer d'un autre air. C'est une force surhumaine qui vous tient dans la place, une sorte de magie noire.


Dernière édition par Pr. Marilyn Underwood le Dim 22 Mai - 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hektor x. Anderson
||Never recreate from your memory. Always imagine new places!
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 04/03/2010
Age : 26
Localisation : Los Angeles

Me, myself and I
age du perso: 32 ans
Multinicks: Kali C. Chambers
crédit avatar: ©Dirtyrich ♥&Barda&Marlow

MessageSujet: Re: At world's end   Dim 22 Mai - 15:14

Je ne crois pas être le genre de type qu'on pourrait prendre pour un psychopathe. En même temps, il fallait être un peu dérangé pour se promener sur ce rebord avec un temps pareil. Je pouvais comprendre qu'elle se soit inquiétée. C'était une caractéristique des gens dans le coin, ils se souciaient des autres. A plus forte raison que nous sentions tous que nous étions liés. D'une manière ou d'une autre cet endroit vous changeait. Je souris en repensant à tous ces beaux souvenirs, à ces belles histoires qui réconfortent et occupent les longues soirées d'hivers. je me voyaient dans quelques années raconter à mes enfants comme mon frère et moi nous avions découvert que les choses ici n'était pas comme partout ailleurs. Cette île, Orona, le berceau de la nature sauvage et violente... Tout dans cet Archipel avait des traits forts, chaque ile avait sa personnalité. Caton peuplée et pleine de vie, Orona, sauvage et libre, Manra, animée et colorée et enfin Enderbury, mystérieuse et silencieuse. Gabriel disait toujours que tous les secrets y étaient enfuis. Il avait sans doute raison. Si ce qui se passait pouvait être expliqué, si notre flou secret avait une clé, elle était perdue dans les terres mystiques d'Enderbury.

Je souris à ma nouvelle connaissance. Personne ne savait pourquoi il s'arrêtait, mais tout le monde comprenait vite qu'on ne repartait jamais de ce paradis. Enfin, de ce mensonge de Paradis. C’est un très joli prénom... Et je suis d'accord pour le tutoiement. Je me mis à rire. je me sentais un peu idiot de l'avoir vouvoyée alors qu’elle devait être même plus jeune que moi. Je haussais les épaules. Tu dois bien savoir pourquoi tu as pris l'avion ou le bateau... Si c'ets pour fuir quelque chose, tu as trouvé la cachette parfaite... Cet endroit est magique en quelque sorte. Je lui lançais une petite moue mystérieuse et me tournais vers le vaste océan Pacifique. As-tu jamais rien vu de plus beau que ça ? Les vagues agitées frappaient la falaise avec entêtement. En été, quand elles étaient plus calmes, il m'était arrivé de plonger, un peu plus bas sur la côte, là où la falaise s'abaissait en un semblant de rebord pour mourir en rivage de galets. les belles plages de sable blanc était à Manra, ici tout était minéral. Au loin, les nuages d'orages avançaient, ligne noire sur l'horizon. La tempête menace... Tu as un endroit où te réfugier ? D'ici une heure, il faudra reprendre le ferry pour retourner sur Caton... Enfin, c'est un conseil. Je lui fis un clin d'oeil.

_________________

Si tu veux pas avoir l’air stupide :
faut pas tomber amoureux !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-nightmare.forumactif.com
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: At world's end   Dim 22 Mai - 16:26

    Je n'avais jamais aimé errer le soir venu, mais aujourd'hui c'était différent. Toutes mes envies et toutes mes craintes étaient bouleversées à un point tel que je me demandais si nous n'avions pas inversé les rôles. Ce nous dont je parle, j'ai du longuement le taire et le haïr, car il m'associe à ma sœur aînée. Il ne faut pas que je m'appesantisse de souvenirs, non. Je dois garder la tête hors de l'eau, comme les proches qu'il me restait à l'époque me l'on conseillé. Garder la tête hors de l'eau et survivre à la destinée qui avait malencontreusement emporté ma tendre Sugar. C'est vrai que tout ceci est très beau, Hektor, mais je n'ai pas pris l'avion pour venir m'appesantir sur de splendides vues. Ce que je voulais dire par "je ne sais pas pourquoi je suis ici" a un autre sens. Je détournai le regard vers le large pour qu'Hektor ne voit pas les traits de mon visage se durcir. C'était cela, garder la tête hors de l'eau : se rendre imperméable et déglutir.

    Cependant, en posant mon regard sur les rochers, sur les flots et sur l'immensité qui se trouvait devant moi, je me demandai pour la première fois depuis ce matin si mon destin ne m'avait pas conduite ici non par erreur, mais plutôt par pertinence. En atterrissant à Caton, ce matin, je n'avais qu'une chose en tête. Il fallait que je trouve ma correspondance et que je remonte immédiatement dans l'avion. Si ce fichu mal m'avait laissée tranquille... j'aurais pris cette correspondance et je me serais une fois de plus cachée dans mon travail. C'était si facile de parler à Hektor, alors que ca avait été si compliqué de parler à tout un tas de personnes qui me connaissaient bien mieux que lui. On aurait dit qu'il avait lu en moi comme en un livre ouvert à la page du résumé final. Mon prologue personnel lui avait appris qui j'étais devenue après la disparition de ma sœur : une femme sans repères, qui cherche une compensation affective dans son travail de reporter. Je ne saurais dire si ma vie se limite réellement à cela, fuir et oublier, mais je sais que ces deux verbes en sont une bonne partie, aujourd'hui.

    Il était peut-être temps pour moi de me poser quelques instants et de réorienter ma personne vers des contrées inconnues. Tout plaquer sans prévenir personne et m'établir dans le premier endroit venu. Dans la poche de mon jeans, mon Iphone vibra et les premières paroles de ma chanson préférée du moment ne tardèrent pas à se faire entendre : The big big bang, the reason I’m alive, when all the stars collide, in this universe inside.The big big bang. Je sortis l'engin de mon pantalon, prête à répondre. C'était sans compter sur mon adresse légendaire, car il tomba sur le sol. Il n'était pas trop tard pour répondre quand je le récupérai, mais au vu de ma récente remise en question, je laissai les cinq sonneries s'épuiser. C'était mon manager qui s'inquiétait du fait que je ne l'avais pas encore appelé pour lui annoncer mon arrivée dans je ne sais quel lieu sur lequel je devais lui fournir un fabuleux reportage. Je suis désolée, j'aurais du le couper. Quant à cette tempête qui arrive du large, elle va me laisser sans endroit où aller, tu as raison. À moins que ce véhicule, que je trouve très chouette malgré tout, me protège ?

_________________

"What your glass tells you, will not be told by counsel",
Pr. Marilyn underwood

Code:
#5D732D


Dernière édition par Pr. Marilyn Underwood le Lun 23 Mai - 9:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hektor x. Anderson
||Never recreate from your memory. Always imagine new places!
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 04/03/2010
Age : 26
Localisation : Los Angeles

Me, myself and I
age du perso: 32 ans
Multinicks: Kali C. Chambers
crédit avatar: ©Dirtyrich ♥&Barda&Marlow

MessageSujet: Re: At world's end   Dim 22 Mai - 21:02

Cette fille m'intriguait de plus en plus. Elle se la jouait mystérieuse pourtant j'avais l'impression d'une connexion étrange entre nous. Un passé commun ? Un évènement parallèle ? A vrai dire, je ne m'étonnais plus de grand chose, je m'attendais à voir débarquer des fantômes et des créatures mystiques. J'étais préparé à toute éventualité... Enfin, je crois. Bref, la jeune femme me semblait de plus en plus perdue à mesure qu’elle parlait. c'était un peu comme si elle cherchait à se justifier de quelque chose sans succès. j'avais l'impression de la voir sombrer dans ses propres méandres, dans son propre esprit. Je souris. Ce genre de chose m'arrivait souvent. Je ne savais plus quoi penser et dans ce cas, els souvenirs remontent toujours, souvent lié à une personne qui vous apportait l'équilibre et le calme. Alors qu'est-ce que ça veut dire pour toi ?

Je la vis poser son regard sur le paysage minéral et brutal. La force de la nature parut l'apaiser. Comme c'était toujours le cas pour moi. Ses beaux yeux verts se calmèrent face au sauvage des vagues. Quand on assistait à pareil spectacle, on se rendait compte que l'agitation des pensées n'est rien face à ce qui est vrai : la nature et le monde peut tout ravager d'un seul souffle de vent, d'une seule vague, d'un seul tremblement. Nous en sommes rien avec nos soucis et nous serons toujours là où la destinée nous menait. Beaucoup de gens s'arrêtent ici par mégarde et trouvent leur voie. Comme je te l'ai dit, cet endroit est comme magique. C’est peut-être parce que je suis né ici mais je en me vois pas exister ailleurs... Je souris;

Soudain, la sonnerie de son portable brisa le calme relatif de l'instant. Je ne pourrais pas parler de silence avec le vacarme de l'océan mais ici tout n'était que bruits simples et aucunement humains. Je ris devant son agitation, elle s'excusa même de ne pas l'avoir mis en silencieux. Son téléphone tomba et elle le ramassa rapidement. Elle le laissa sonner, la mâchoire crispée. Quand la musique s'éteignit, elle se détendit. Lorsqu’elle parla de sa voiture, sans doute louée à la hâte chez le concessionnaire près de l'aéroport -un salop qui faisait son beurre par sa situation géographique-, j'éclatais de rire. Cette bicoque ne tiendra pas la route, surtout ici. Je te conseille de retourner à Caton et de te planquer... il y a un petit café très sympa près de l'aéroport. Je lui pris son iphone des mains sans hésiter et y inscrivait l'adresse, elle avait un GPS intégré. Et bin, elle devait faire un bon boulot pour avoir un téléphone de cette qualité. Mais ça ne viendra pas avant... Deux heures et demi... Tu compte un peu moins d'une heure pour retourner sur Caton... Je souris. Je me demandais si elle attendais autre chose de moi...


_________________

Si tu veux pas avoir l’air stupide :
faut pas tomber amoureux !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-nightmare.forumactif.com
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: At world's end   Lun 23 Mai - 9:03

    Il paraissait maintenant certain que les évènements et bien sûr les éléments naturels se déchaînaient contre mon devoir qui était de me rendre sur le lieu de mon prochain reportage. Je ne pourrais pas prendre l'avion ce soir, pas plus que demain matin... Mais était-ce vraiment ce que je voulais, prendre l'avion et retourner à ma vie qui, loin d'être monotone, laissait à désirer ? Non, je n'en avais décidément pas envie et tout ce qui se passait ici semblait me le rappeler. Il y avait eu ce besoin imminent d'air, puis cette promenade et enfin, cette tempête menaçante. Tout ceci, j'en étais convaincue, ne s'arrêterait pas là ! Hektor, j'ai un reportage qui m'attend dans je ne sais quel pays de ce monde absurde et j'ai raté ma correspondance. Je ne sais pas pourquoi je suis ici parce que je sais pertinemment que je n'aurais pas du sortir de l'aéroport, tout comme je sais que j'aurais du répondre à cet appel téléphonique ! Je pris le temps de respirer car les mots que je prononçais étaient d'une importance suprême, j'étais prête à envoyer tout valser en mettant un point final à une seule phrase, pour commencer une nouvelle vie. Et pourtant... je sais que ma place n'est nul part ailleurs. Voilà, j'avais prononcé la phrase qui allait changer le reste de ma vie. Malheureusement, elle faisait de moi une femme nouvelle, mais aussi une chômeuse et sans domicile. Mais qui a dit qu'il était facile de faire table rase pour tout recommencer ? Il faut bien descendre au bas de l'échelle pour recommencer à monter tous les échelons un à un, non ? Bon, il me restait à affronter ces fameux échelons et je savais pertinemment que cela ne se ferait pas en un jour...

    Je n'avais désormais plus envie trouver une correspondance pour le bout du monde, ni même un autre avion qui me ramènerait chez moi. Mon esprit de l'aventure s'était en allé... Ou bien s'était-il aiguisé et avait senti en cet archipel une aventure toute nouvelle ? Écoute c'est très gentil, mais je pense que je ne vais pas remonter dans un avion d'ici à quelques années. Oui, je sais que j'agis de manière étrange mais cet archipel semble avoir bien plus à m'offrir qu'une tempête... . D'habitude, ce n'était pas moi qui décidait de changer les plans à la dernière minute, ça avait toujours été l'affaire de Sush, ma sœur aînée. Pourtant aujourd'hui elle ne faisait plus, à mon avis, partie de ce monde et je venais de comprendre qu'il fallait que je prenne en main les rênes de notre duo légendaire. Je me demandai pourquoi toutes ces années durant je les avais laissées à ma sœur... Ce n'était pourtant pas difficile de diriger sa vie !

    Il doit y avoir de nombreux hôtels, dans cet archipel, ou tout au moins quelques maisons d'hôtes. Plus tard, quand je me conforterai dans ce choix de m'établir ailleurs que dans une grande ville, je partirais à la recherche d'un logement plus stable. Je pensais déjà à un petit appartement tranquille. Une dernière chose, Hektor. Saurais-tu me donner l'adresse d'un hôtel, ou bien d'une maison d'hôte ? J'aimerais un endroit où je pourrais me poser et dormir quelques heures avant de me confronter à mon nouveau mode de vie. J'avais prononcé ces quelques paroles d'un air naturel et même gai, il faut croire que les manières de Sugar sommeillent en moi... Nous n'étions pas si différentes que cela, c'est simplement le fait que je l'ai laissé mener la danse qui nous a rendues différentes.

_________________

"What your glass tells you, will not be told by counsel",
Pr. Marilyn underwood

Code:
#5D732D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hektor x. Anderson
||Never recreate from your memory. Always imagine new places!
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 04/03/2010
Age : 26
Localisation : Los Angeles

Me, myself and I
age du perso: 32 ans
Multinicks: Kali C. Chambers
crédit avatar: ©Dirtyrich ♥&Barda&Marlow

MessageSujet: Re: At world's end   Jeu 26 Mai - 14:31

Tout ce que je pouvais faire, c'était écouter en silence. C'était rare qu'on parvienne à me clouer le bec, mais sur ce coup-là, et bien cette parfaite étrangère venait de décrocher la médaille. D'ailleurs, ça me semblait bizarre qu'elle se confie de la sorte à moi, me déballe sa vie comme ça... J'étais sans voix parce que je ne comprenais pas ce qui se passait. La belle Marilyn était en train de confier énormément de chance à l'inconnu que j'étais. pourquoi donc ? Ce comportement me dépassait. j'étais plutôt du genre ferma-là et avance avec le sourire. Là, elle me semblait un peu fragile et je en savais que dire. Même Mylanne ne se confiait plus à moi, j'étais perdu. Complètement... Mon regard se posa sur elle et je dus me retenir pour serrer son épaule entre mes doigts, dans un geste réconfortant. Je ne voyais pas quoi faire d'autre, mais en même temps, ça me semblait tellement amical pour deux personnes qui se connaissaient depuis peut-être dix minutes.

Avec un petit coup d'oeil pour surveiller l'horizon, je finis par retrouver un peu de contenance. Cette situation me gênait profondément. Je souris doucement et finis par lui murmurer quelques mots, me disant que si elle voulait les entendre ce serait le cas et sinon, elle remarquerait juste mes lèvres bouger alors que ses oreilles resteraient imperméables aux sons. V... Tu sais... Beaucoup de gens ont ce genre de révélation. Tu as sans doute raison de te poser pour réfléchir à tout ça. Je hochais la tête. La plupart des touristes qui atterrissaient sur Caton ne repartait jamais. Je remarquais qu'elle semblait étonnée d'elle-même de ce sursaut d'indépendance. Je me souvins soudain de la perte de Gabriel. Cet idiot avait toujours été un fonceur, du genre qui décide et qui avance sans se poser de question. Moi je suivais à l'époque... Et quelques mois avant sa mort, j'avais repris du poil de la bête et décidé de vivre ma vie telle que je l'entendais... Parfois, je me demandais s'il n'avait pas oublié que j'étais là pour lui, à cause de ça. J'avais soudain décider de le laisser pour prendre mon envol, alors il en avait fait autant au premier obstacle. Auparavant, j'avais toujours été là pour effacer ses doutes, réparer ses erreurs et raisonner ses folies... Je fermais les yeux alors que ma gorge se serrait.

J'inspirais profondément avant d'avancer la main vers le coude de la jeune femme pour l'entrainer vers sa voiture. Le nuage noir roulait toujours sur l'océan avec une détermination paisible et effrayante. Je me retins alors qu'elle me posait une question. Je haussais les épaules Il y a un hotel dans le centre... Vous le trouverez facilement, elle est sur la Grand place. J'allais me détourner puis je me ravisais. Si vous voulez rester plus longtemps, vous avez intérêt à aller à l'agence ImmoInn. Ils proposent des maisons en co-location... Je l'attirais vers la voiture en désignant la masse sombre chargée de pluie. Le vent se déchainait et des gerbes d'eau salée blanchâtres montait le long de la paroi rocheuse jusqu'à nous. Je vais y aller, je suis à pied... Et j'ai moyennement envie d'être pris dans cette tempête. Bien sûr, elle aurait pu me proposer de prendre sa voiture mais je en me faisais pas d'illusion. Elle s'était confiée mais elle n'était pas assez folle pour prendre un mec complètement inconnu dans son véhicule. Si ça se trouve, elle voyait en moi un psychopathe.

_________________

Si tu veux pas avoir l’air stupide :
faut pas tomber amoureux !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-nightmare.forumactif.com
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: At world's end   Jeu 26 Mai - 15:10

    Tandis que les éléments se déchaînaient tout autour, je ne faisais que de regarder s'agiter cette puissante mer surmontée d'une couronne d'écume. Qu'avais-je d'autre à faire, que de me poser et de savourer l'instant présent ? Il aurait bien sûr fallu que je prenne mon téléphone et que je l'agite jusqu'à ce qu'il me donne enfin le numéro de mon patron, mais une rumeur sourde m'en empêchait fermement. Qu'avais-je d'autre à faire, dites-le moi, que de suivre cet homme qui m'avait donné l'impression de vouloir rejoindre un autre monde ? Voilà, je viens de retomber sur le mot qui me convient... j'étais alors déstabilisée. Excuse-moi, ça ne m'étais jamais arrivé de donner ainsi ma vie en pâture. *Merde Marilyn, quelle imbécile tu fais devant cet homme que tu ne connais ni d'Ève ni d'Adam ! Tu ne seras donc jamais un peu plus délicate avec les gens ?* Comment n'aurais-je pas pu remarquer la gêne qui s'était emparée d'Hektor tout entier ? Son regard fuyant sur l'horizon, ses tentatives de rapprochement délicates et pourtant malaisées : ce devait être la première fois qu'il se sentait ainsi mis face à une vie déchue.

    Il eut un geste de réconfort, mais comme il est naturel entre deux personnes qui se connaissent à peine, et c'est peu dire, ce geste fut malaisé. Je me senti un peu gênée, mais nullement effrayée : par mes mots, mon être tout entier avait voulu ce geste et ce indépendamment de moi. C'était toujours comme ça avec moi, les phrases s'échappaient sans que je ne puisse les trier et c'était à l'interlocuteur de le faire. Il faudrait que j'apprenne à tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler ! Je compris d'ailleurs très vite que ce geste, bien qu'il soit réconfortant, n'avait d'autre but que de me ramener vers la voiture de location qui m'avait été prêtée. Il est vrai que les nuages noirs avançaient à une vive allure, je ne l'avais jamais si bien remarqué qu'aujourd'hui. Oui, les nuages filent du mauvais côté. Il est temps de rentrer, mais j'ai peur de ne pas vraiment pouvoir t'emmener... Ces voitures sont si petites que mes bagages montent jusqu'au siège passager. Ces quelques mots étaient inhumains, n'étais-je pas entrain de laisser un homme sous un ciel qui menaçait de craquer à tout moment ? *Marilyn, tu es une idiote, pourquoi ne voyages-tu pas plus léger ? Tu viens de gâcher ta rencontre avec Hektor rien que par tes petites manies de bourgeoise, surtout qu'il est à pieds !*

    Je m'en voulais énormément de m'être tant encombrée pour ce voyage qui devait être un simple voyage d'affaire... Mais je me mis à penser que si effectivement l'air d'ici était très possessif et que je n'arrivais pas à m'arracher à cette île, tout cela n'aurait pas été vain. Merci pour les conseils, je passerais demain à cette agence dont tu m'as parlée. *Oh merci mon dieu, une agence de collocation, c'est tout ce qu'il me faut. Je n'ose pas imaginer vivre seule dans un appartement, être seule, c'est juste bon pour les chambres d'hôtel !* Hektor avait rapidement lâché mon bras, dès l'instant où j'avais été sur le point d'ouvrir la portière de la Honda. Voulait-il seulement se débarrasser de moi ? Je ne pouvais concevoir cela dans mon esprit, bien que je ne le connaissais pas le moins du monde. Quelle confiance avais-je en... n'importe qui ? le premier venu ? J'espérais pouvoir le revoir car il ne m'avait pas donné l'impression d'être malsain, mais pouvais seulement juger de sa bonne compagnie sur les quelques minutes passées en sa présence ? Marilyn... Je me suis donc abstenue de tout commentaire, attendant qu'il prenne l'initiative du bonsoir.

_________________

"What your glass tells you, will not be told by counsel",
Pr. Marilyn underwood

Code:
#5D732D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: At world's end   Ven 24 Juin - 14:07

FINI, le jeudi 26 mai.

_________________

"What your glass tells you, will not be told by counsel",
Pr. Marilyn underwood

Code:
#5D732D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: At world's end   

Revenir en haut Aller en bas
 
At world's end
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yu-gi-oh! World Championship 2009
» SMALL WORLD
» forge world AERONAUTICA
» Clipper Round The World - Cinquième étape
» Prêt de cartes pour la World Cup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Nightmare :: ENDERBURY, MANRA & ORONA : WILD WORLD :: Orona : loneliness is killing me no more-
Sauter vers: