AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Sweet Nightmare ! Ce forum a été ouvert le 4 mai 2011. Nous demandons un minimum de 15 lignes et vous avez 2 semaines pour finir votre présentation. Envie de nous rejoindre ? Nous n'attendons que vous !

Partagez | 
 

 Somebody's waiting for you

Aller en bas 
AuteurMessage
Hektor x. Anderson
||Never recreate from your memory. Always imagine new places!
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 04/03/2010
Age : 26
Localisation : Los Angeles

Me, myself and I
age du perso: 32 ans
Multinicks: Kali C. Chambers
crédit avatar: ©Dirtyrich ♥&Barda&Marlow

MessageSujet: Somebody's waiting for you   Jeu 26 Mai - 16:53

Somebody's waiting for you

Je poussais la porte de la maison avec un petit sourire rassuré. Quand on a passé sa journée à aller chercher des chats perchés sur leur branche et incapable de descendre, ça fait du bien de rentrer à la maison. Mais aujourd'hui, j'avais enfin eu l'impression de servir à quelque chose depuis des semaines. La caserne avait été des plus tranquille et puis cet après-midi, nous avions été appelé pour un feu criminel sur Manra. Apparemment, quelques gosses de riches avaient encore abusé sur le rhum et les cigares de papa. J'étais fier d'avoir pu sermonner ces arrogants crétins. Je déposais ma clé sur la table de la cuisine en regardant les lettres que je venais de prendre dans la boite aux lettres accrochée à la porte. Je retirais mon sac à dos et le balançait sur une chaise. Continuant mon chemin vers le salon séparé de la cuisine par un demi mur je retirais ma veste et la posais sur un dossier de canapé. J'envoyais mes chaussures sous l'escalier qui menait à l'étage et me laissait tomber dans le divan avec un soupir.

Je fis tourner ma nuque dans tous les sens pour me détendre et posais les pieds sur la table. La maison n'était pas spécialement bien rangée mais bon... Je vivais ici depuis longtemps tout seul. je en sais pas pourquoi l'agence n'avait pas encore envoyé de colocataire... Mais comme je connaissais Jeannette, la vieille dame qui bossait à l'agence ImmoInn, j'imaginais qu'elle essayait de me laisser un maximum dans ma solitude. Même si ça ne me dérangeait pas vraiment d'avoir quelqu'un à la maison : après tout j'avais choisi de vivre dans une maison co-louée, j'avais toujours aimé avoir mon indépendance et ma liberté. Je jetais un coup d'oeil au chantier que j'avais mis en deux minutes, juste le temps de semer mes affaires et de parcourir le chemin de la porte à ce canapé divinement confortable.

J'avais pris une douche à la caserne mais en inspirant profondément, je réalisais que mes cheveux sentais encore la fumée. En quelques minutes, je fus à l'étage et pris un douche. l'eau était bouillante et la buée envahissait toute la pièce. Frottant vigoureusement mes cheveux, je les lavais deux fois pour enlever cette salle odeur. Je terminais de me sécher quand j'entendis le bip qui signalait les sms sur mon portable. Heki, mon coeur, j'ai fais ce que j'ai pu mais ton coloc arrive aujourd'hui. Bisou. Je souris. Jeannette était très proche de ma tante. Elle m'avait souvent gardé dans mon enfance et elle avait toujours été trop protectrice. J'étais dans ma chambre en train d'enfiler un jeans quand un bruit étrange attira mon attention. Je descendis précipitamment, ma chemise dans les mains. Et quoi, on ne sonnait plus aux portes maintenant ? Bon d'accord, ça devait être le nouvel habitant des lieux mais quand même. Je fis éruption dans la cuisine tout en commençant à boutonner ma chemise bleu marine.Bienvenue !

_________________

Si tu veux pas avoir l’air stupide :
faut pas tomber amoureux !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-nightmare.forumactif.com
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: Somebody's waiting for you   Sam 28 Mai - 11:49

    Les vues de Caton sont sublimes et au fur et à mesure que je roule, le savant mélange des couleurs primaires qui s'y déclinent change. Je pense que l'archipel est ce genre d'endroit où les différents accords entre la nature et la civilisation changent d'heure en heure. En un instant, la nature reprend ses droits par une tempête significative de désastre pour la civilisation... Mais l'instant d'après, alors que la tempête s'est calmée, la civilisation reprend ses droits. Les hommes sortent de leurs maisons et poursuivent leur vie dans un train-train qui pourrait presque paraître quotidien. Pourtant, à Caton, j'ai l'impression que ce train-train n'a aucune envergure : chaque nouveau matin apporte son lot de surprises !

    Je n'avais pas d'itinéraire précis en tête lorsque je me suis assise derrière le volant de la miniscule Honda, mais je savais que je ne reprendrais pas la route de l'aéroport. Quand j'ai repris conscience du monde qui m'environnait, j'étais en effet bien loin d'être sur une piste d'envol, avec ce macadam brillant, ces remorques de valises... C'était la vitrine d'un garagiste qui me faisait face, semblant narguer le véhicule dans lequel j'étais inconfortablement installée. Manuellement, je baissais les vitres et allumais la radio, son tempo m'emporta à nouveau dans un monde qui me semblait parallèle. Une légère brise soufflant dans le cockpit me fit rêver d'acquérir un deux-roues sur lequel je pourrais franchir des kilomètres, cheveux au vent. de toute façon, il me fallait un quelconque moyen de me déplacer dans cet archipel et je ne pourrais pas me permettre de louer éternellement cette Honda, n'est-ce pas ? *Marilyn, tu sais que tu peux te permettre d'acheter cette vespa qui te fait de l'oeil dans la vitrine. Pourquoi ne te lèves-tu pas pour aller la voir de plus près ?* Allons-y, ma petite Marilyn !

    Du coup, les vues de Caton étaient encore plus belles. Quelle ville ne resplendirait pas, visitée le vent se prenant dans vos jupes et vos cheveux en une délicieuse caresse ? J'avais effectivement craqué pour la petite vespa et avait fait promettre au garagiste qu'il rapporte la Honda à la location de voitures de l'aéroport. Sur cette nouvelle monture rouge vif, je devais avoir une sacré allure, surtout que j'avais choisis la couleur en fonction de mon code vestimentaire du jour : un beau rouge cerise qu'ils avaient évidemment de stock. Cette fois-ci, l'itinéraire était bien choisi, puisque je savais que je prolongeait de quelque peu mon séjour improvisé. Il me fallait trouver l'agence de location dont Hektor m'avait parlé, tout serait plus simple si je vivais dans un endroit bien à moi et non plus dans cette chambre d'hôtel.

    Quand je poussais la porte, un carillon sonna, qui dérangea la dame de l'accueil dans sa lourde tâche administrative... C'est sûr, tant de gens devaient s'établir dans cet archipel en ce moment ! *Sourde, noire ironie* Bonjour, je désire louer un appartement et je me demandais si je pouvais vous demander votre aide. Je ne sais pas encore bien combien de temps va durer mon séjour ici, mais je voudrais une solution qui ne coûte pas trop cher, une collocation peut-être ? Au terme de collocation, la dame de l'accueil tiqua, comme si elle n'avait pas eu envie de ma parler de cette possibilité que proposait l'agence. Manque de bol, une grande affiche placée derrière son bureau proposait toutes les options disponibles, y compris la collocation dont m'avait parlé le bel Hektor. À contre-coeur, elle me fit signer toutes sortes de papiers que je lu avec une attention assidue, histoire de ne pas me faire berner de quelques centaines d'euros. Elle finit par me révéler le nom de mon futur colocataire : Mr Anderson.

    J'insérais la clé dans la serrure, mais je compris rapidement que mon colocataire devait être présent dans l'appartement, car c'était ouvert. Ce qui fit que j'entrais donc, sans avoir la délicatesse de sonner ou même de frapper à la porte. je ne m'attendais surement pas à me retrouver face à Hektor, et je m'attendais encore moins à le trouver reboutonnant sa chemise ! * Si je m'attendais à ça, mon dieu Marilyn !* Et bien voici donc monsieur Anderson, ravie de faire une seconde fois votre connaissance, lancais-je avec un sourire effectivement ravi. En même temps, je tirais ma valise plus dans l'entrée, pour lui montrer que je ne faisait pas irruption dans son antre sans en avoir la permission. Et la permission, je l'avais puisque cet appartement était à présent le nôtre.

_________________

"What your glass tells you, will not be told by counsel",
Pr. Marilyn underwood

Code:
#5D732D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hektor x. Anderson
||Never recreate from your memory. Always imagine new places!
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 04/03/2010
Age : 26
Localisation : Los Angeles

Me, myself and I
age du perso: 32 ans
Multinicks: Kali C. Chambers
crédit avatar: ©Dirtyrich ♥&Barda&Marlow

MessageSujet: Re: Somebody's waiting for you   Dim 29 Mai - 21:04

En descendant les escalier en bois clair, je me demandais quelle ruse Jeannette avait utilisée. Je me rappelais qu’elle m'avait parlé une fois d'un type qu’elle avait fait fuir en disant que j'étais un homosexuel. J'avais ris mais la plaisanterie est limite tout de même et le gars qui avait pris ses jambes à son cou un réel intolérant. Sauf si Jeanne avait ajouté une couche de mensonges bien croustillants comme à son habitude. Je me demandais qui je voulais comme coloc'. Quelqu'un de discret, qui rangeait un minimum parce que deux bordélique dans une seule maison ça devient l'enfer très vite, peut-être aussi quelqu'un de nouveau, avec qui il pourrait passer du temps. Il avait toujours eu envie de faire découvrir l'ile à quelqu'un qui ignorait tout de l'Archipel du Phoenix... Un puis un mec pour faire des soirée bière-rugby ! J'accélérais sa descente et commençais à boutonner sa chemise lorsque je me retrouvais nez à nez avec : MARILYN ! Je manquais de trébucher sur mon sac abandonné au milieu de la cuisine.

Je regardais la jeune femme sans comprendre pendant plusieurs minutes. Je devais avoir l'air d'un vrai crétin, prostré comme ça. Mon regard passa de la valise à la belle demoiselle. Je secouais la tête puis éclatais de rire. Jamais je n'aurais imaginé ça. Je me souvenais presque de chacun de mes mots, je lui avait parlé de la colocation possible sur Caton lors de notre rencontre. En y repensant, je revoyais les nuages noirs et je goutait le sel sur mes lèvres charrié par le vent. Un sourire accueillant se posa sur mes lèvres. Oublions les soirée rugby ainsi... Mais c'était une étrangère et vu son style propret, elle devait vraiment être quelqu'un d'ordonnée. Je regardais derrière elle, manifestement, elle n'avait pas été accompagnée par un membre de l'agence immobilière. Sacré Jeannette ! Je regardais la jeune femme tiré sa valise et je me précipitais pour la lui prendre des mains. Je suis peut-être un pauvre petit indigène mais j'ai appris les bonnes manières. Ma mère mettait un point d'honneur sur l'attitude qu'on réserve aux invités. Enfin, elle n'était pas vraiment invitée, elle était à présent chez elle.

Je propose qu'on monte ta valise puis je te montre un peu la maison ? Il lui sourit aussi amicalement qu'elle l'avait fait quelques instants plutôt et lui indiquant de le suivre d'un mouvement de tête, il se dirigea vers le salon. De là, il prit les escaliers et entra dans la pièce située directement sur le palier à gauche. La pièce était simple et très peau décorée, il n'avait jamais rien déposé à lui. Après tout, il ne payait pas vraiment pour cette pièce. Cependant, la pièce était aérée très souvent. Une grande porte fenêtre donnait sur un petit balcon. Il avait le même dans sa chambre mais celui-ci donnait sur la rue. Il n'y a pas beaucoup de circulation le soir, ne t'inquiète pas. Il déposa sa valise près de la commode et glissa ses mains dans ses poches. Bienvenue dans ton chez toi.

_________________

Si tu veux pas avoir l’air stupide :
faut pas tomber amoureux !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-nightmare.forumactif.com
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: Somebody's waiting for you   Lun 30 Mai - 11:27

    Tout m'apparaissait comme dénué de toute difficulté et de toute incompréhension, à Caton. J'ai cependant cette impression qu'une partie de moi ne s'est pas endormie sur l'oreiller de plume de l'hôtel, comme si j'avais couru les rues sans m'en rendre compte. Je me sens aujourd'hui lourde d'une fatigue qui n'est pas la mienne, puisque j'ai pleinement profité de mes douze heures de sommeil. Je commence à me demander si je n'ai pas perdu le nord et pourtant, je sais maintenant le pourquoi et le comment de tout ce qui a fait que je me retrouve ici, aujourd'hui. C'est à Caton que je m'apprête à emménager et ce n'est pas un choix de ma part. Le destin m'incite, me pousse à vivre ici sans que je ne sache ce qu'il attend exactement de moi. Dois-je continuer à mener ma vie de jeune femme dans de nouvelles rues ou bien attend-il bien plus de moi ?

    En attendant de trouver les réponses aux questions que je me pose, j'ai décidé de continuer à vivre ma vie de jeune femme. Je ne pouvais mieux faire pour commencer cette nouvelle vie que de me trouver un endroit qui serait bien à moi... enfin, bien à nous puisque j'avais trouvé une maisonnette en collocation qui me semblait faite pour moi ! La seule chose, c'est que je ne m'attendait pas à tomber sur ce genre de Mr Anderson. En fait, c'est sur Hektor que je suis tombée en rentrant dans mon nouveau chez moi *Chez nous, Marilyn ! Il va vraiment falloir que tu t'habitues à le dire, ce chez nous. À partir de maintenant, d'ailleurs, il va falloir que tu t'habitues à ne plus être si peu femme... Bien sûr tu ne vas pas lui faire la cuisine ou quoi que ce soit, à Hektor, mais tu vas devoir ranger tes affaires et te gérer.* En attendant, j'avais perdu le fil de la conversation. Mais au regard de mon beau brun de colocataire, je compris que l'on devait parler de ma valise. Alors, trop petite, trop grosse, peut-être trop banale ou justement trop originale à ton goût ? Et bien oui, tu peux commencer par me montrer ma chambre, lui répondis-je, le sourire aux lèvres. Mais décidément, je ne suis pas le genre de femmes auxquelles l'on porte les valises. Merci quand même, cher monsieur Anderson.. C'était dit sur le ton de la plaisanterie et il le comprit bien, car même s'il était vrai que j'aimais me débrouiller par moi-même, le fait qu'un homme porte ma valise m'enthousiasmait ! Hektor s'empara de mes bagages et monta aisément la volée de marches qui menaient à l'étage.

    Tout était vivant dans cette maison. J'appréciais jusqu'à son sac de sport, qu'il devait avoir précipitamment déposé en rentrant, abandonné au milieu du salon. J'étais certaine que cette colocation était une bonne idée, même si l'impression qu'Hektor avait besoin d'une femme derrière lui m'était sautée aux yeux. Mais au final, peut-être n'avait-il besoin de rien ni personne ? Et si c'était pour cela que j'avais du quasiment me battre contre l'hôtesse de l'agence immobilière ? J'espère que ça ne te dérange pas d'accueillir une coloc' dans ton chez toi. Je vois que tu as bien pris possession des lieux, ça fait très... *intime, cosy*, vraiment très convivial, j'aime beaucoup, lancai-je avec un petit rire empreint de malice. En attendant, je l'avais suivi dans les escaliers, laissant cependant une distance respectable entre nous deux. Il me conduisit galamment jusqu'à la chambre restée inoccupée et déposa ma valise non loin de la commode. Le lit était bordé de draps d'un blanc sublime. C'était réellement beau, même serein, malgré le fait que je trouvais la chambre fort dénudée : il faudrait que j'imprime quelques photos qui me tenaient particulièrement à cœur pour habiller les murs.

    Mon regard fut attiré par un rayon de soleil vers la fenêtre. C'était une belle porte-fenêtre en bois blanc et comble du bonheur, elle donnait sur un balconnet où je pourrais passer des heures à bouquiner sous un beau soleil. Il donnait sur la rue, mais d'après Hektor, il n'y avait guère de circulation le soir venu, car la ville était assez paisible, ce que j'avais déjà pu remarquer ce matin. *Comme je me l'étais exhortée plus tôt, alors que nous n'en étions encore qu'au salon, il fallait que j'apprenne à dire "chez nous"... C'aurait pu être compliqué, si l'homme qui jouait le rôle de mon colocataire avait été blond et pâle, comme Marcus...* Je dirais même : bienvenue chez nous ! Je ne savais pas encore comment Hektor avait organisé sa vie, mais je n'allais pas tarder à le savoir, au fil des jours et des semaines où nous allions cohabiter. Ce que je savais, c'est que certaines tâches échoient naturellement aux femmes alors que d'autres vont aux hommes. J'espérais que dans cette maison tout n'irait pas de soi, histoire que nous soyons à égalité et que moi aussi je puisse sortir les poubelles... *rire*

_________________

"What your glass tells you, will not be told by counsel",
Pr. Marilyn underwood

Code:
#5D732D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hektor x. Anderson
||Never recreate from your memory. Always imagine new places!
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 04/03/2010
Age : 26
Localisation : Los Angeles

Me, myself and I
age du perso: 32 ans
Multinicks: Kali C. Chambers
crédit avatar: ©Dirtyrich ♥&Barda&Marlow

MessageSujet: Re: Somebody's waiting for you   Mar 31 Mai - 12:21

En entrant dans la pièce, je réalisais combien j'avais segmenté les choses dans ma vie. Bon sang ! J'avais trente-deux ans et j'habitais dans cette maison depuis bientôt six ans. Pourtant, rien n'était personnel dans cette pièce, personne n'avait jamais vécu avec moi, hormis des amantes de passages. J'avais eu plusieurs femmes dans ma vie mais aucunes n'était restée, j'avais trop besoin d'air, de liberté... Et puis l'ombre de Mylanne et de Gabriel planait sur moi avec trop d'insistance. Je regardais les draps blancs immaculés. Ils étaient déjà dans la maison à mon arrivée. Je les lavais régulièrement, même s'ils n'avaient jamais servis. Cet endroit était froid, glacial je dirais même. C'était assez bizarre de louer une maison meublée et de laisser une pièce complètement vide. Cette partie était morte, comme un membre gangréné. Toute sa maison était décorée d'une façon moderne et colorée tout en restant simple, mais là... Il soupira et ouvris la fenêtre. Tu vois, c'ets désagréable de se faire porter ses affaires hein ?! Je lui lançais un sourire moqueur. J'avais adoré sa remarque dans la cuisine. "Pas ce genre de femme" Qui n'aimait pas qu'on lui file un coup de pouce. Et pour répondre à ta question, ce n'est pas moi que ça ennuie. La gérante de l'agence est comme une deuxième tante pour moi et elle tenait à me préserver

Mon regard courut sur la silhouette de la jeune femme et j'éclatais de rire; Surtout que tu ressemble au typique prédateur sexuel selon les critères de Jeannette, sans vouloir te vexer bien sûr. D'une façon plutôt habile, je venais de faire un compliment à ma nouvelle colocataire. Pas facile de se dire que j'allais vivre avec une femme sans qu'il ne se passe rien. Et puis, rien que le fait de penser à la cohabitation, la tête me tournait. Toutes les filles qui étaient passées par ces murs étaient mes "fiancées". En fait, je pensais avec amusement qu'aucune pièce n'était vierge sauf celle-ci. Oui, bienvenue chez nous. Et merci pour la déco. Ma mère m'a un peu aidé mais shuttt c'est un secret ! J'avais posé mon index sur mes lèvres et fait un regard sévère. Je repris une petite grimace sympathique et fit la moue en regardant cet endroit décidément trop blanc. Et bin... C’est vraiment neigeux dans le coin... Si tu veux un coup de main pour peindre ou quoi que ce soit... Bon, il était peut-être un peu tôt pour parler de ce genre de projet. Alors ? Prête pour découvrir le reste ou tu préfères commencer par déballer tes affaires ? Je glissais mes mains dans mes poches avec un air faussement détendu, la situation était vraiment bizarre mais bon, je m'habituais à tout depuis toujours alors...

_________________

Si tu veux pas avoir l’air stupide :
faut pas tomber amoureux !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-nightmare.forumactif.com
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: Somebody's waiting for you   Mar 31 Mai - 13:34

    C'était une maison parfaite pour commencer une nouvelle vie, car la pièce qui m'était entièrement destinée était aussi blanche que ma désormais existence. J'avais décidé de tout reprendre depuis le départ. À partir de maintenant, la moindre tasse de café ou de thé, la moindre pause serait ma première. Un nouveau souffle tempérait mon existence, celui d'un homme, car désormais, j'habitais en colocation ! * Marilyn, s'il te plaît, ne saute pas sur ton colocataire. Je sais, je sais. Il est l'homme idéal et c'est pourquoi tu garderas cet homme auprès de toi, plutôt comme ami que comme amant, d'ailleurs * Je dois dire qu'en portant mes affaires jusqu'à ma chambre, Hektor m'avait dévoilé quelques uns de ses atouts... Le tissu de sa chemise étroitement ajustée avait laissé transparaître des muscles qui n'avaient rien à envier à quiconque. Mais bien qu'Hektor soit du plus beau cru, je n'y goûterais pas pour préserver la jovialité de la maison. Imaginez la pire des solutions : celle où après quelques jours nous ne nous entendrions plus ?

    *Entre amis, ne joue-t-on pas la carte de la sincérité ?* J'avoue que le fait d'apercevoir tes beaux muscles sous ta chemise ne m'a pas déplu. Si je redescendais ma valise, que dirais-tu de recommencer ? , le questionnais-je jovialement. Et je partis d'un petit rire cristallin. C'était un compliment que je lui lançais, j'espérais d'ailleurs qu'il n'était pas du genre à se gonfler d'orgueil ! Mais pour en revenir à notre cohabitation, j'eus le plaisir d'apprendre qu'elle avait été sauvegardée par une ma-tante précieuse que j'avais été la première à vraiment braver. Que ce serait-il passé si je n'avais pas un peu insisté pour avoir précisément cette habitation ? De toute façon, elle n'aurait pas pu prétendre qu'elle était déjà louée puisque l'agence continuait de la proposer comme "the must" sur son site internet. La seule chose qui lui avait été possible, c'était de déblatérer ce Mr Anderson et elle ne s'en était pas privée avec moi non plus ! J'ai en effet fait les frais d'une longue discussion sur tous tes défauts. Je crois qu'elle aurait pu m'en citer quarante mille de plus que cela n'aurait rien changer, je voulais cet endroit ! *Et je suis ravie, Mr Anderson, de voir que la majeure partie de son commérage n'est qu'une invention*

    Je ne rougis que de bonheur quand il me dit qu'elle devait m'avoir pris pour le "typique prédateur sexuel". Comment aurais-je pu savoir quel genre d'homme se cachait sous le nom d'Anderson ? Il du d'ailleurs croire que je rougis de colère et c'est tant mieux : comment une femme peut-elle traiter l'une de ses comparses de la sorte ? Pour moi, c'est évidemment inadmissible, mais je ne vais pas la contredire : je suis un prédateur sexuel. Mais pour sa plus grande satisfaction, je ne toucherais pas à son neveu, pas même d'un seul cheveu. C'était dès lors décidé, je serait la parfaite colocataire. Parfaite, ou presque. Et dites-moi, Mr Anderson... votre mère intervient-elle dans cette maison pour quoi que ce soit d'autre ? *rire nullement moqueur, mais taquin* Parce que je ne compte pas vraiment reprendre toutes ses tâches à mon compte... *clin d'oeil* Évidemment, je ne voyais pas du tout la mère d'hektor intervenir dans "notre" ménage, bien que je ne la connaisse pas encore. Imaginez un peu les dangers dans cet accord... Non, c'était hors de question et j'espérais fermement qu'il ne lui avait légué aucune tâche ménagère durant tout ce temps qu'avait duré son étrange manque de colocation. J'étais prête à partager tout ce qui devait être fait dans un ménage, mais pas avec la mère de mon colocataire.

    Ses mains imperceptiblement glissées dans les poches de son jeans lui donnaient une allure très décontractée qui me plaisait assez. Hektor doit être quelqu'un d'assez jovial, tout devrait bien se passer entre nous deux. Pour la maison, je veux dire. Au même moment, il me propose délicatement sa présence : soit je fais le tour de la maison avec lui, soit je déballe mes affaires seule. Je ne sais au juste de quoi j'ai envie, mais le sourire qui étire soigneusement ses lèvres me montre déjà le chemin à suivre. *La salle de bain, Marilyn, prend ta trousse de toilette et demande à visiter la salle de bain ! C'est une pièce extrêmement intéressante, elle permet de connaître tout d'un homme sans qu'il ne s'en rende nécessairement compte* Tu me montres la salle de bain ? C'est étrange, mais j'ai terriblement besoin de poser ma brosse à dent à côté de celle de quelqu'un d'autre. Je la poserai à côté de celle d'un homme, ce qui n'est pas pour me déplaire, mais comble du bonheur, ce sera à côté d'un homme envers qui je n'ai pas d'amour.

    Je crois que désormais, tout sera pour le mieux ! Cependant, il faudra que l'on apprenne à se connaître parce que ces quelques minutes passées en la compagnie d'Hektor ne m'ont pas appris des tas de choses sur lui ni même sur sa façon de vivre. Vu que je ne suis pas extrêmement timide, je me suis dit que ce serait sympa de lui proposer une activité qui nous permettrait de vraiment faire connaissance. Je n'avais pas vraiment d'idée en tête, mais n'importe quelle occupation m'aurait convenu. Je ne sais pas ce que tu as prévu pour le reste de ta journée, si tu travailles, si tu étudies ou rien de tout cela. Mais je voudrais que tu saches que pour les activités "familiales", je suis toujours partante ! *clin d'oeil terriblement rieur*. Voilà, tout est dit mon cher. Tu me libères ton après-midi, alors ? Smile

_________________

"What your glass tells you, will not be told by counsel",
Pr. Marilyn underwood

Code:
#5D732D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hektor x. Anderson
||Never recreate from your memory. Always imagine new places!
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 04/03/2010
Age : 26
Localisation : Los Angeles

Me, myself and I
age du perso: 32 ans
Multinicks: Kali C. Chambers
crédit avatar: ©Dirtyrich ♥&Barda&Marlow

MessageSujet: Re: Somebody's waiting for you   Mer 1 Juin - 21:16

Je lui lançais un sourire amusé et soulevais ma chemise pour lui montrer mes muscles de pompier. C'est assez sympa comme job finalement, on passe la moitié du temps à se faire un corps qui attire les jeunes filles. Ce serait avec plaisir... Mais je peux l'enlever sans que tu te donne ce mal... Je lui fis une moue coquine puis rabaissait ma chemise. Je la connaissais depuis très peu de temps et pourtant ça faisait un moment que je ne m'étais pas senti aussi détendu avec quelqu'un. C'était rare que je montre mes abdominaux, je rassure ceux qui seraient inquiets. En relevant les yeux, je vis une petite lueur amusée et en même temps envieuse qui me transperça. Je sus qu'elle pensait comme moi au moment où je rencontrais à nouveau ses grands yeux brillants. Elle était sublime et elle n'aurait pas craché sur moi, mais... Rien ne se passerait parce qu'en un rien de temps, nous étions devenus des amis complices. Comme quoi, quelques mots, ça peut faire beaucoup.

Je m'appuyais sur le chambranle de la porte et l'écoutait parler de cette maison. Mes doigts caressèrent le bois blanc. Logique, c'est la plus belle... C'est mon père qui l'a construite... Il est contre maitre. Et rassure-toi, ma mère n'a plus mis les pieds ici depuis un moment. Je souris. l'air de rien, j'étais devenu un grand garçon, je faisais la lessive, la vaisselle, le repassage par moi-même. La plupart du temps. J'apportais peut-être mes chemises à ma mère mais c'était tout ! Et je te jure que je ne parles jamais autant de mes parents. J'éclatais de rire. C'était vrai, ça me ressemblait peu de parler autant de ma famille. Enfin, la situation s'y prêtait, je n'y étais pour rien.

Elle semblait se plaire ici. Il aurait fallu être difficile. Quand elle demanda la salle de bain, j'eus un petit stress. Il était possible que des chaussettes trainent là-bas... Et encore, c'était le moins catastrophique. Je fis une grimace qui se voulait enjouée et hochait la tête en lui faisant un signe de main pour qu'elle suive le mouvement. En entrant dans la pièce une porte plus loin, mon regard passa en ouragan sur le sol. Ok. Rien ne semblait trainer. Bizarre... C'est là que je me souvins que j'avais fait la lessive la veille et que donc rien ne risquait d'être abandonné excepté... Devant la douche, en un tas plus ou moins catastrophique étaient empilés un t-shirt, un bas de pyjama à carreaux, un polo portant le logo des pompiers, un jeans et... un caleçon trônant au-dessus de la pile. Je me jetais dessus et rassemblais mes affaires dans mes bras. Le reste de la pièce était immaculée. Il y avait deux vasques et il n'occupait qu'un seul côté, réservant l'évier restant comme sèche-essuie. Il lui lança un sourire enjôleur. Il faudra peut-être mettre un peu d'ordre... Et je viens de rentrer de la caserne donc... On a le reste de la journée pour cuisiner, faire le ménage et réparer des trucs, faire du jardinage et même des galipettes si tu veux. Sinon on peut jouer à saute mouton ! Prennant garde de na pas perdre mes affaires, je passais une main dans mes cheveux rebelles et lui lançais ma plus belle moue angélique. Je sentais qu'on allait bien s'amuser !



_________________

Si tu veux pas avoir l’air stupide :
faut pas tomber amoureux !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-nightmare.forumactif.com
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: Somebody's waiting for you   Dim 5 Juin - 18:53

    Il est si ... *drôle, attentionné, craquant, ...* attachant. Comble du bonheur, cet homme qui me convient étrangement se trouve être mon colocataire... c'est-à-dire la dernière personne sur terre avec qui je sortirais ! Évidemment, ce n'est pas parce que j'ai décidé de ne pas craquer face à mon tendre colocataire que je vais me priver de laisser mon regard se balader ! Ce qui est rassurant, surtout, c'est qu'à force de vivre à ses côtés, je le connaitrais mieux que quiconque, et vice-versa. Toutes ses petites habitudes, ses manies, je les connaitrais et il connaitra les miennes, bien mieux que nos éventuels futurs petits-copains, copines. En une journée, j'ai déjà pu remarquer qu'il avait tendance à laisser traîner ses affaires, mais peut-on le reprocher à quelqu'un qui a pris l'habitude de vivre seul ? Je ne le crois pas. Notez d'ailleurs que le bel Hektor porte de ravissants sous-vêtements ... Oh, il a bien essayé de me cacher que le tas d'habits qu'il venait de ramasser contenait l'entièreté des habits qu'il avait eu besoin pour aller travailler et donc un caleçon mais bon ... L'intuition féminine nous pousse sans doute à poser les yeux trop souvent où les hommes ne voudraient pas que nous les posions ...

    Ceci dit, je ne pensais pas poser mes yeux sur sa vie privée dès mes premiers pas dans sa vie. Je ne pensais même pas du tout les poser sur l'entièreté de sa vie privée. Bien sûr, notre colocation allait nous amener à parler beaucoup et sans doute nous confier de nombreuses choses, dont surement des secrets inavoués ? J'allais un peu trop vite en besogne. Oui, nous nous entendions plutôt bien, mais je n'avais pas à juger de cela sur les quelques minutes, voir l'heure que nous avions passés ensemble. En attendant, je n'allais pas me dérober à l'invitation mutuelle que nous nous étions lancés. Une partie de saute-mouton me semblait très appropriée aux circonstances, vu qu'apparemment nous aimions tous les deux les petits jeux originaux, mais vu mon état, ce n'était pas à conseiller. *En effet, imagine que ça dérive en un jeu d'une autre sorte, tu ne contrôlerais plus rien, toi qui aime être maître du jeu. Puis même, tu t'es imposé des règles strictes, maintenant, il faut les respecter* J'avoue qu'une partie de saute-mouton me tente énormément... mais je viens de passer une nuit torride en compagnie de mon oreiller dans un hôtel très impersonnel... Ca te dit, un cake ou une pâtisserie du genre ?

    En entrant à l'improviste, j'avais remarqué la kitchenette qui jouxtait le salon. Elle était séparée du reste par un demi-mur, il me semble et même si les couleurs ne me reviennent pas en tête, je sais que l'ensemble m'avait beaucoup plu. Évidemment, je n'avais jeté qu'un coup d'œil, mais vu les détails de décoration qu'Hektor avait apporté au reste de la maison, je pensais pouvoir ne pas me tromper en disant qu'elle était belle. J'espérais qu'il aurait dans ses placards quelques ingrédients qui nous permettraient de composer un délicieux goûter. Sinon, nous irions faire les courses pour donner à notre désormais frigo un look d'enfer.


_________________

"What your glass tells you, will not be told by counsel",
Pr. Marilyn underwood

Code:
#5D732D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hektor x. Anderson
||Never recreate from your memory. Always imagine new places!
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 04/03/2010
Age : 26
Localisation : Los Angeles

Me, myself and I
age du perso: 32 ans
Multinicks: Kali C. Chambers
crédit avatar: ©Dirtyrich ♥&Barda&Marlow

MessageSujet: Re: Somebody's waiting for you   Lun 6 Juin - 21:14

Je en sais ce qui m'attirait en elle. Évidemment, ce n'était pas physique. Loin de moi l'idée qu'elle n'était pas belle mais, j'avais l'impression que nos esprits étaient déjà connectés en quelque sorte. Pour être honnête, ça faisait longtemps que je n'avais pas rencontré quelqu'un qui acceptait mon humour étrange sans me connaitre un peu plus. Mais là, elle avait l'air de se ficher de mes vannes foireuses, du semi-bordel dans notre maison ou même de mes propositions débiles de jeux. J'animais un groupe de jeunes scouts de temps en temps et j'en était resté aux occupations enfantines. Cependant, je reconnus en elle une partie de moi. La pâtisserie ! Quelle très bonne idée ! Je lui souris avec le regard brillant comme un petit garçon de cinq ans à qui on vient de promettre une sucrerie et un tour à poney. Puis je songeais à sa remarque précédent les calories et j'éclatais de rire. Tu établis déjà un code d'expressions ? Oreiller signifie qu'un mec est à la maison... Ok, je m'y habituerais. J'essuyais une larme de rire qui perlait au coin de mon oeil. La fatigue me rendait encore plus imbécile. Et en général, les femmes aimaient ça. C’est d'ailleurs un concept que j'avais du mal à comprendre. Plus on fait le con, plus les demoiselles sont fascinée... Observation personnelle ! J'ai mis un brevet dessus bande de voleurs !

En ce qui concerne la pâtisserie... Il me reste justement une part de forêt noire maison. Tu aimes les cerises et le chocolat ? Comment ça baratineur ? C'est pas du tout ça... Maison veut pas dire dans cette maison... J'avais la chance d'avoir comme voisine une vieille boulangère, j'allais pas me passer de sa gentillesse. Elle me trouvait trop mince et chaque fois que je rentrais fatigué d'une mission, des traces de cendres sur les joues, une dose de sucre m'attendait chez elle. La bonne dame guettait mon retour. Elle était dingue de moi. Je retins un sourire que la belle Mari n'aurait pas comprit et je la trainait dans la cuisine par la manche en dévalant les escaliers. Du doigt, je fis le tour des placards. Assiettes. Mugs et tasses. Bols et un tas de plats biscornus. Couverts et dessous les ustensiles de cuisine dans les tiroirs. Verres et alcool. Farines et autres trucs comestibles mais pas périssables. Frigo : la mine d'or. Je fis une mine réjouie en sortant deux assiettes et des cuillères. Je la poussais vers un des tabourets et la forçais à s'assoir en poussant doucement sur ses épaules. Retournant vers le frigo, je sortis la merveille. Enfin, ce qui en restait après ma fringale de minuit. Tout en servant, je tentais de discuter. Alors... Caton ? Tu sais toujours pas pourquoi ?

_________________

Si tu veux pas avoir l’air stupide :
faut pas tomber amoureux !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-nightmare.forumactif.com
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: Somebody's waiting for you   Lun 6 Juin - 21:59

    Forêt noire ... Il avait prononcé le mot interdit ! Cette génoise au divin cacao, avec son parfum de kirsch, ses cerises au sirop et enfin, cette montagne de crème chantilly qui recouvre le tout. Rien que le fait de prononcer ce mot était un affront à ma balance personnelle. Non que je sois obèse, loin de là, mais comme beaucoup de filles j'ai mon petit complexe. *Ca a l'air trop bon, ça a l'air trop bon ! Vraiment, ce gâteau doit être délicieux ... mais il est tout juste fait pour alourdir ton derrière. Mary, si tu manges une seule cuillerée de ce gâteau, j'explose ton forfait pâtisserie de ce mois !* Oses seul ... Oh mais il ne faut pas, Hek. Dis-je d'un air contrit. Mais en moins de temps qu'il ne le faut pour le dire, il avait déjà préparé tout ce dont nous aurions besoin pour un déguster un en-cas digne de ce nom. Désormais, il était inutile de refuser son invitation, sinon je me serais retrouvée avec de minuscules particules de cette pâtisserie un peu partout sur moi. Hektor était un homme formidable ! Mais j'espérais qu'il ne me gaverait pas de ces succulents desserts tous les jours, sous peine d'ajouter quelques kilogrammes supplémentaires à ma silhouette.

    Elle était bonne, la cuillerée que j'enfournais la première. Comme à mon habitude, j'avais veillé à ne pas détruire toute la beauté de ma part de gâteau dès le départ... c'était même devenu une sorte de jeu chez moi : manger tout en laissant la part presque intacte. Si si, je vous assure, c'est très divertissant ... Enfin, ça vous empêche surtout de ne pas tout engouffrer d'un seul coup. Hektor, lui, mangea tout en me montrant ce qu'il était nécessaire que je vois pour me sentir un peu plus chez moi. C'est-à-dire qu'il m'ouvrit à peu près tous les tiroirs et placards afin de me présenter sa vaisselle. Je remarquais que contrairement certaines autres choses, les placards étaient impeccablement rangés, comme tirés à quatre épingles. Un zeste d'ordre aurait-il envahit Hektor ?

    La question qu'il me posa ne me déstabilisa pas, simplement du fait que c'était celle que je me posais depuis que j'avais attrapé les clés de cette maison à l'agence immobilière. Faire une pause et m'arrêter un instant dans un endroit inconnu, c'est un peu déroutant, mais ce n'est pas décisif... alors que décider de louer une maison, ça l'était ! Mais non, je ne savais toujours pas pourquoi c'était tombé sur Caton.*rire* Disons que c'était pour te rencontrer, monsieur le Pompier super musclé ! Je reposais ma fourchette car même à force de jouer au jeu de "ne-pas-détruire-ma-pâtisserie", j'avais termine la montagne de crème, la génoise, les cerise et... tout le reste ! Le rouge me monta aux joues *J'ai déjà fini !* Tu n'as même pas intérêt à m'en proposer une deuxième part, sinon je te trucide ! Au pire, si je devenais trop grosse que pour sortir de ma baignoire toute seule, j'avais toujours un pompier sous la main ! Sur ce, je me levai de table et rangeais mes couverts dans l'évier. Il n'était pas l'heure de faire la vaisselle... Je cherchais des yeux la télécommande, ne la trouvais pas. J'allais m'installer dans le fauteuil, sentis quelque chose sous un coussin, trouvais la télécommande.


_________________

"What your glass tells you, will not be told by counsel",
Pr. Marilyn underwood

Code:
#5D732D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hektor x. Anderson
||Never recreate from your memory. Always imagine new places!
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 04/03/2010
Age : 26
Localisation : Los Angeles

Me, myself and I
age du perso: 32 ans
Multinicks: Kali C. Chambers
crédit avatar: ©Dirtyrich ♥&Barda&Marlow

MessageSujet: Re: Somebody's waiting for you   Ven 10 Juin - 16:40

Je ne pu m'empêcher de la regarder manger avec un petit sourire attendrit. C'était de l'art comestible... La belle Marilyn me réservait bien des surprises parmi lesquelles un fort penchant pour l’esthétique de ce qu'elle mangeait. En contemplant ma part complètement éventrée dans mon assiette, je me retins d'éclater de rire. Je n'avais jamais été très doué pour ce qui était de rester distinguer. J'avais beau essayer de ne pas ravager mon plat, ça finissait toujours en chantier puis en vide sidéral puisque j'étais le genre à racler l'assiette, quitte à manger de l'émaille. Je tentais de redresser le gâteau qui s'effondra, et j'abandonnais, cédant à la tentation d'une énorme bouchée que j’enfournais avec aussi peu d'élégance qu'un gosse de six ans. Là, j'éclatais de rire et m'excusais entre deux éclats. J'attrapais un mouchoir en papier et m'essuyais la bouche. Le calme revenu, je tentais d'ouvrir une discussion un peu plus sérieuse. Quoique...

Quand elle me répondit, je manquais de m'étrangler de surprise. Je souris. Le pompier super musclé est ravi crois-moi ! Je la contemplais un court instant. Une pensée venait de me traverser l'esprit. Elle était peut-être bien une croqueuse d'homme... Mais si c'était le cas, je venais de réaliser que je m'en fichais. Rien ne changerait le fait que je l'appréciais. Même si elle décidait de se jeter sur moi, je resterais Hektor. Égal à moi-même comme toujours. Alors que la voix de Gab me disait de la prendre de vitesse, moi, je voulais seulement vivre un bon moment. L'amitié sèche les larmes que l'amour fait couler et est plus forte que tout. J'avais envie de pouvoir dire que je me faisais une amie de plus, plutôt que d'avouer que je laissais entrer un tortionnaire dans ma vie. J'avais toujours dit à mon frère que tomber amoureux était stupide et inconscient... J'avais raison, Gabriel était mort par amour... Mon regard s'embua mais je réagis vivement en me reconnectant à la réalité.

Marilyn avait fini et me regardait avec un regard de chat très satisfait d'avoir manger sa souris. Je lui fis un clin d’œil et plaisantais :Je veux pas avoir à te porter dans ta chambrer parce que tes jambes peuvent plus te porter et puis je tiens à la vie ! Je souris et me concentrais sur elle. Tu as envie de voir autre chose ? Le jardin ? Il est petit mais on s'y sent bien... Il m'avait fallu un an pour faire du jardin un endroit paisible. J'avais installé une haie touffue pour nous séparer des voisins, une petite allée menait à un patio entouré d'une mare où les nénuphars s'épanouissaient, libérant un parfum doux. C'était très petit, mais on avait l'impression d'entrer dans un autre monde, enfin, c'était ma conception des choses.

_________________

Si tu veux pas avoir l’air stupide :
faut pas tomber amoureux !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-nightmare.forumactif.com
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: Somebody's waiting for you   Mar 14 Juin - 16:16

    Dehors, il faisait clair. Cependant, il ne fallait pas se tromper en qualifiant le temps de mauvais, car une étrange chaleur plombait la ville. Dans mon ancienne ville de la vieille Angleterre, on aurait qualifié ce temps de "temps à battre la paille". Qui d'entre vous aurait pu croire que la reporter que je suis devenue a fait ses premiers pas dans un champs de paille fraichement battu ? Personne bien sûr, car même si je suis restée follement amoureuse de tout ce qui touche à la campagne, mes nombreux voyages ont presque réussi à me détourner de cette vieille ville de Macclesfield. *Mary... moi je suis certaine que tous tes voyages ont su te détourner de ton côté campagnard. Regarde-toi, depuis quand n'as-tu plus posé les yeux sur un champs, qu'il soit de blé, de froment, ou même de lavande ?* Il était évidemment incontestable que cette affreuse voix disait vrai. depuis combien de temps, déjà ? Au moins une année s'était écoulée, je devais bien l'avouer, alors qu'autrefois je courrais à toutes jambes dans les champs de maïs de la ferme des heures durant. J'ai fatalement changé depuis mon enfance, mais au point même de me détourner de toutes mes passions les plus ancrées en moi-même ? Depuis combien de temps n'avais-je pas vu s'ébrouer un cheval dans un pré, ou même depuis combien de temps n'en avais-je pas senti l'odeur ? Touché, la voix. Coulée, Marilyn !

    Mais est-ce que le fait d'avoir mis la Marilyn d'autrefois en veilleuse signifiait que je ne pouvais plus, à présent, la rattraper ? S'était-elle enfuie à toutes jambes à travers champs ? Ou bien au contraire m'avait-elle attendu et me guettait-elle, du prochain tournant de ma vie ? Si c'était le cas, je pensais être arrivée à ce tournant décisif. C'est Hektor, avec sa proposition de visiter d'autres pièces de notre maison, dont le jardin qu'il devait avoir remis en état, qui m'avait fait aborder cette partie de moi-même. *Le jardin, le jardin... tu palpites Mary* Voyons voir comment le pompier chéri de Caton nous a décoré son jardinet !

    Comme Hektor semblait un peu perdu dans ses pensées, je lui pris le bras pour le faire redescendre sur terre. S'il était au septième ciel, je suis vraiment désolée de l'en avoir redescendu ! Du coup, je commençais à dériver sur des chemins que je m'étais promise de ne jamais emprunter avec lui... Une alarme s'enclencha dans ma tête avant que les premiers effets de mes pensées ne se fassent voir et sentir. Je vérifiais la peau de mes bras et constatais avec soulagement que mes poils n'étaient pas hérissés. Par contre, ma main était, elle, toujours agrippée au bras étonnement musclé de mon pompier. Je la retirais avec empressement, en constatant que lui aussi avait émergé de ses pensées secrètes. *J'espère que ... Non, c'est impossible. Nous sommes colocataire, point barre, Mary !* Alors, tu m'emmènes au jardin ? Dis-je, pour lui faire oublier ce geste qui aurait pu paraître déplacé s'il avait su lire dans mes pensées. Mais je supposais que le scénario du film "Ce que veulent les femmes" ne pourrait pas se reproduire. Ouf !

_________________

"What your glass tells you, will not be told by counsel",
Pr. Marilyn underwood

Code:
#5D732D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hektor x. Anderson
||Never recreate from your memory. Always imagine new places!
avatar

Messages : 369
Date d'inscription : 04/03/2010
Age : 26
Localisation : Los Angeles

Me, myself and I
age du perso: 32 ans
Multinicks: Kali C. Chambers
crédit avatar: ©Dirtyrich ♥&Barda&Marlow

MessageSujet: Re: Somebody's waiting for you   Lun 20 Juin - 10:29

Aussi loin que je m'en souvienne, je n'ai jamais eu la main verte... Ce qui me plaisait, c'était la nature sauvage des éléments déchainés. Ma mère devait nous enfermer Gabriel et moi lorsque l'orage grondait. Elle se postait dans la cuisine, sous notre fenêtre pour nous voir sortir par la fenêtre. Malgré cela, nous avions réussi à franchir la barricade maternelle plus d'une fois. Nous partions en courant vers le port, priant pour trouver un bateau pour Orona, ce qui n'arrivait jamais. Alors nous allions à la pointe de Caton, vers l'océan, de l'autre côté de la ville abritée dans l'Archipel. Et là, je voyais une appréhension dans le regard de mon jumeau. C'étaient les seuls instants où il paraissait moins courageux que moi... Je me souvenais parfaitement des éclairs lumineux zébrant le ciel et du tonnerre qui roulait sur les vagues en faisant trembler la terre. J'avais l'impression d'être un dieu, que rien ne pouvait m'atteindre. Pourtant, un accident avait convaincu ma mère de mettre un cadenas sur notre fenêtre. C'était un simple poignet foulé et évitant un arbre brisé par la foudre... Il n'empêche que jamais elle ne nous laissa ressortir sous le ciel noir d'orage. Aujourd'hui, j'étais un peu plus responsable, je savais que c'était dangereux, et étrangement, je tenais à la vie. Énormément. Je vivais pour deux, je devais survivre pour deux...

En tout cas, le jardin était loin du fracas de l'océan ou de la folie de l'orage. Il était rangé, presque trop... Je n'entendis pas vraiment le commentaire de Marilyn. Enfin, je l'entendis mais ne l'écoutai pas, perdu dans mes pensées. Je souris cependant amusé lorsqu'elle me donna un "pompier chéri de Caton". En temps normal, j'aurais baratiné un truc mais il me fallut une minute pour se sortir de ses souvenirs. La jeune femme ne perdit pas le cap, elle semblait impatiente de découvrir l'extérieur de son nouveau "chez elle". Je me demandais si l'agence avait oublié d'ajouter au prospectus les photos que j'avais envoyées il y a un an... Jeannette ! J'eus un sourire amusé. Allons-y Princesse étrangère. Il se laissa entrainer par le bras vers la porte vitrée, des rideaux blancs empêchaient d'avoir une vue directe sur l'Eden. On devinait la silhouette du patio. J'ouvris la porte et le glougloutement de la chute d'eau en escalier de pierres nous parvint. Les femmes d'abord ! Je posais une main dans le bas du dos de Marilyn, la poussant doucement. Arrivé dehors, je gardais mes doigts collés contre ses hanches. Voilà...

La petite marre aux contours irréguliers les attendais. L'eau venait de l'estrade du patio, comme sortie du bois clair. Un parterre de rosier bourdonnait de petits butineurs. Je traversais la pelouse et montais les deux marches de l'endroit couvert, m'installant sur une chaise. La plupart du temps, les gens devaient regarder par eux-mêmes avant tout commentaire.

_________________

Si tu veux pas avoir l’air stupide :
faut pas tomber amoureux !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweet-nightmare.forumactif.com
Pr. Marilyn Underwood

avatar

Messages : 292
Date d'inscription : 02/05/2011

Me, myself and I
age du perso: 20 ans
Multinicks: Jausz Vasseur
crédit avatar: © ?

MessageSujet: Re: Somebody's waiting for you   Ven 24 Juin - 14:08

FINI, le lundi 20 juin.

_________________

"What your glass tells you, will not be told by counsel",
Pr. Marilyn underwood

Code:
#5D732D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Somebody's waiting for you   

Revenir en haut Aller en bas
 
Somebody's waiting for you
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Nightmare :: CATON : CITY THAT NEVER SLEEPS :: Home, hotel*** :: Friendship house :: AndersonH&UnderwoodM-
Sauter vers: